Demi-finales : Argentine-Australie en questions

le
0
Demi-finales : Argentine-Australie en questions
Demi-finales : Argentine-Australie en questions

Bien que malmenée par des Argentins parfois trop joueurs, l'Australie a décroché son billet pour la finale en s'imposant 29-15. Les Wallabies, pourtant indisciplinés, ont fait la différence en début de match, grâce notamment à un triplé d'Ashley-Cooper.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A LONDRES

Quelle était l'ambiance ?

Colorée. Sous le soleil, contrairement à la veille, les supporters argentins et australiens sont arrivés tôt à Twickenham pour profiter de l'ambiance. A défaut d'avoir croisé le vrai, pourtant bien présent dans les tribunes, on a vu plusieurs fans des Pumas vêtus d'un tee-shirt à l'effigie de Diego Maradona. Et comme la semaine passée à Cardiff lors de la victoire contre l'Irlande, ils ont fait beaucoup de bruit avant et pendant le match. Avec évidemment un gros vacarme pendant les hymnes alors que sur le terrain les Argentins versaient quelques larmes. Le début de match catastrophique des joueurs de Daniel Hourcade les a en revanche rapidement calmés, avec deux essais encaissés en l'espace de neuf minutes seulement (3-14, 11eme). Heureusement, l'apparition de Maradona sur l'écran géant du stade, à la 15eme minute, a redonné de la voix au contingent argentin. Le carton jaune (sévère) distribué par M.Barnes à Lavanini a ensuite suscité quelques sifflets avant des « Argentina ». L'ambiance aura été finalement assez tranquille chez les 80 025 spectateurs (dont le Prince Harry et le Prince Albert), pour ne pas dire décevante, en première période, et ce malgré la grosse occasion des Pumas et une décision litigieuse de Wayne Barnes juste avant de rentrer aux vestiaires avec neuf points de retard (9-19). Le public argentin a repris espoir dès le début de la deuxième mi-temps, lorsque son équipe est revenue à seulement sept points (45eme). « Les Pumas, Pumas », ont alors fusé plus régulièrement. L'ambiance et la tension sont évidemment montées en intensité au fil des minutes. Avant qu’Adam Ashley-Cooper ne tue le suspense à huit minutes de la fin. Le public argentin rendra malgré tout un dernier hommage à son équipe dans les ultimes secondes.

Quelle a été la physionomie de la rencontre ?

Il n'aura fallu attendre qu'une minute et quinze secondes pour assister au premier essai. Le deuxième ligne australien Rob Simmons a intercepté une passe de Nicolas Sanchez pour aller aplatir, avant que Bernard Foley ne transforme. Le match ne pouvait pas mieux commencer pour les Wallabies, déjà passés tout près d'une interception quelques secondes plus tôt par Drew Mitchell, face à des Argentins sans doute trop joueurs. Dans la foulée, les Pumas ont réagi, notamment sur une très belle percée de Marcelo Bosh. Mais ils se font fait punir une nouvelle fois à la neuvième minute par Adam Ashley-Cooper après un magnifique temps de jeu. La semaine dernière, les Argentins avaient réussi à imposer leur loi d'entrée face aux Irlandais. Cette fois, ce sont les Wallabies qui ont construit leur succès dans les premières minutes. Et pour ne rien arranger, Juan Imhoff, complètement sonné, a dû quitter la pelouse dès la 18eme minute. Pire encore, à la 26eme minute, l'ancien deuxième ligne du Racing 92 Thomas Lavanini a écopé d'un carton jaune sévère après un plaquage sur Israel Folau. Avant un nouveau coup dur quatre minutes plus tard, avec la sortie sur blessure du capitaine Agustin Creevy. Quand ça ne veut pas... Ashley-Cooper, après une belle passe sautée de Matt Giteau, a aggravé le score pour signer un doublé à la 31eme minute. L'indiscipline australienne (douze pénalités concédées) a malgré tout permis aux Argentins de rester dans le coup. Et avec un peu plus de réussite en toute fin de première période, les Pumas auraient même pu réduire le score après une superbe percée de Cordero. L'énième tuile pour l'Argentine a été la sortie de Juan Martin Hernandez, touché aux côtes en début de match, à la 44eme minute. Cela n'a rien enlevé aux nombreuses intentions de jeu des Pumas qui ont multiplié les grosses séquences de jeu, pour revenir une nouvelle fois à sept points à la 55eme minute. On a alors senti des Wallabies un peu déboussolés. Mais les Argentins n'ont pas réussi à concrétiser leurs temps forts, en perdant trop de ballons importants. Ils pourront le regretter amèrement. Car Drew Mitchell a réalisé un festival, en perçant toute la défense avant de servir Ahsley-Cooper, pour son troisième essai et le quatrième des Australiens à la 72eme minute. Cette fois, le match était plié sur le score de 29-15.

Qui a gagné le duel d'ouvreurs ?

Vingt-quatre heures après la superbe prestation de Dan Carter, un des grands artisans de la victoire contre l'Afrique du Sud (20-18), on attendait beaucoup de ce duel d'ouvreurs entre l'Australien Bernard Foley et l'Argentin Nicolas Sanchez. Mais la rencontre a très mal débuté pour Sanchez. L'ancien Toulonnais s'est fait intercepter une passe après soixante-quinze secondes de jeu pour le premier essai de la rencontre. En face, Foley, lui, s'est régalé comme l'ensemble de ses partenaires, à l'image de cette très belle passe sautée sur le deuxième essai. Au pied, les deux buteurs ont été en réussite et Sanchez en a profité pour devenir le meilleur réalisateur de cette Coupe du monde en passant une deuxième pénalité (24eme), devant l’Écossais Greig Laidlaw et le Sud-Africain Handré Pollard (77 points). Sanchez passera une nouvelle pénalité à la 36eme pour permettre aux siens de rester dans le match malgré cette entame catastrophique. Au retour des vestiaires, Foley avait l'occasion de redonner de l'air aux Australiens, mais il a raté un nouveau coup de pied. Sanchez, lui, n'a pas raté la cible à la 45eme minute (12-19) avant que son homologue australien ne fasse de même trois minutes plus tard. Dans le jeu, Sanchez, comme le reste de son équipe, a beaucoup tenté, à l'image de cette percée à la 50eme. Et au pied, il a continué sa bonne série avec trois points de plus à la 55eme (15-22) alors que Foley s'est pris pour Dan Carter en tentant un drop à l'heure. Sans la même réussite que le Néo-Zélandais que la veille...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant