Démarrage poussif pour les contrats de génération

le
0
Le dispositif imaginé par François Hollande est jugé trop complexe par les patrons de PME qui, malgré une prime de 4000 euros par an, rechignent à l'utiliser.

C'est un report qui en dit long sur l'insuccès du contrat de génération. Promesse phare du candidat Hollande, déclinée dans un accord signé en octobre 2012 par les partenaires sociaux puis dans une loi promulguée en mars 2013, ce dispositif lie l'embauche d'un jeune et le maintien d'un senior dans l'emploi. Normalement, les entreprises de plus de 300 salariés avaient jusqu'à ce lundi 30 septembre pour signer un accord, faute de quoi elles s'exposaient à des pénalités (jusqu'à 10% des allégements de charges ou 1% de la masse salariale).

Conscient du retard pris, Michel Sapin s'est résolu à accorder un délai de quelques semaines à celles ayant entamé les négociations. Une décision inévitable car peu d'accords ont été bouclés jusqu'à présent, mis à part les quelques exemples, très médiatisés, de GDF S...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant