Démarrage hésitant à Paris

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Le CAC 40 passe dans le rouge peu avant 9h30, sous les 4.200 points. La surprise de la Fed en milieu de semaine dernière est digérée et les investisseurs sont désormais à la recherche d'un nouveau catalyseur à la hausse.

De sérieux nuages pourraient toutefois assombrir les cieux boursiers ces prochains jours, dans la mesure où les Etats-Unis se dirigent de nouveau vers un bras de fer à haut risque concernant leur budget et l'atteinte très prochaine du seuil autorisé de la dette. La date limite est fixée au 1er octobre... Il reste une grosse semaine pour que les responsables politiques américains aboutissent à un accord et au vote d'un nouveau plafond, comme cela a déjà été le cas durant ces trois dernières années, mais au prix de longues tractations. Sans cela, ce sera le chaos financiers! En attendant la solution, des données macroéconomiques sont à suivre ce matin avec la publication des indices PMI de septembre...

WALL STREET

Wall Street a fini en nette baisse vendredi soir, après ses sommets historiques inscrits suite au statu quo monétaire inattendu de la Fed mercredi. Aucun indicateur économique important n'a été dévoilé outre-Atlantique en cette fin de semaine. Du côté des sociétés, Apple a attiré l'attention alors que la firme commercialise officiellement ses nouveaux iPhones. En outre, le titre BlackBerry a plongé après que le Canadien eut dévoilé des résultats préliminaires inquiétants pour le second trimestre et a annoncé plusieurs milliers de suppressions de postes... Le DJIA a clôturé en baisse de 1,19% à 15.451 pts, le Nasdaq a reculé de 0,39% à 3.774 pts, et le S&P500 a cédé 0,72% à 1.710 pts.

ECO ET DEVISES

L'indice des directeurs d'achats français pour septembre, compilé par Markit, est décevant côté manufacturier (49,5 points contre 50,1 attendus) et plus robuste côté services (50,7 points contre 49,6 points attendus). Ces estimations avancées, dites "Flash", sont complétées par un indice composite de 50,2 points après 48,8 points en août, au plus haut de 19 mois.

Aux Etats-Unis, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago d'août est prévu à 14h30 (consensus -0,05).

La parité euro / dollar atteint 1,3529 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,20$ et le WTI 104,75$ pour l'échéance de novembre. L'once d'or se traite 1.319$ (+0,07%).

VALEURS EN HAUSSE

* Ymagis (+0,15% à 7 Euros) : la société s'est alliée à Smartjog, une filiale de TDF spécialisée dans la distribution par satellite et ADSL de contenus cinématographiques, en vue de la création d`une société commune qui proposera une offre intégrée de distribution physique et dématérialisée de contenus numériques à destination des professionnels du cinéma. Aux termes de l'accord, chacune des sociétés apporterait au nouvel ensemble la totalité de leurs activités relatives à la duplication et l`acheminement de contenus numériques destinés aux cinémas. Ymagis en détiendrait 60% et Smartjog 40%. Les partenaires espèrent finaliser leur union avant la fin de l'année.

* Saft (+1,1% à 20,16 Euros) : soutenue par son entrée dans la liste des valeurs moyennes préférées de la SocGen. L'analyste continue à valoriser le dossier 26 euros par action.

VALEURS EN BAISSE

* Crédit Agricole (-1,30% à 8,16 Euros) : les caisses régionales de Crédit Agricole souhaiteraient reprendre la main sur certaines prérogatives détenues par la structure cotée du groupe, Crédit Agricole SA, au profit de la Fédération Nationale du Crédit Agricole. Les deux structures auraient chacune engagé des conseils pour défendre au mieux leurs intérêts, selon la presse. Selon 'Les Echos', la FNCA serait allé plaider sa cause auprès de Bercy, car les modifications qu'elle espère réclameraient un aménagement législatif. Les autorités verraient d'un mauvais oeil la requête, jugeant que la banque a plus d'énergie à accorder à son redressement qu'à ses luttes intestines. Le Crédit Agricole SA s'est de son côté contenté de publier un bref communiqué pour botter en touche : l'établissement a fait savoir que dans le cadre de ses revues stratégiques périodiques, il examine régulièrement son organisation...

* Vivendi (-0,25% à 17,27 Euros) : le scénario de rapprochement entre SFR et Numéricâble pour créer un nouveau poids lourd des télécoms en France, ne repose sur rien de fondé. C'est en substance le message du nouveau patron de la filiale de Vivendi, Jean-Yves Charlier. "Nous n'avons pas besoin de nous marier à un autre opérateur pour mener notre stratégie", a-t-il affirmé au 'Journal du Dimanche', avant de préciser "une fusion avec Numéricâble n'est pas à l'ordre du jour". Le dirigeant a toutefois indiqué que "toutes les options stratégiques" seront sur la table une fois que sa société sera entrée en bourse, si elle y va effectivement, car elle disposera de "moyens financiers". Quant aux discussions avec Bouygues Telecom pour un partage de réseaux, elles se poursuivent autour des infrastructures existantes et de la 4G hors des grandes villes. Et Jean-Yves Charlier ne cache pas qu'il souhaite qu'elles aboutissent. "Ce serait un accord historique qui permettrait d'économiser plusieurs centaines de millions d'euros d'ici à 2020", précise-t-il, en estimant que l'accord conférerait aux deux partenaires une couverture "aussi bonne que celle d'Orange".

* Lafarge (-0,40% à 52,74 Euros) : dans le cadre de son programme d'Euro Medium-Term Note (EMTN), le groupe a placé auprès d'investisseurs institutionnels une émission obligataire de 750 millions d'euros d'une durée de 7 ans, portant un coupon annuel fixe de 4,75%. Le produit de cette émission est destiné au refinancement d'une partie de la dette de Lafarge.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant