Démarrage hésitant à la Bourse de Paris

le
0
L. Grassin
L. Grassin

(lerevenu.com) - Le CAC40 reste quasiment stable. Prudence de mise donc en ce début de semaine sur les marchés financiers, alors que se profile mardi et mercredi une réunion de la Fed qui a déjà fait couler beaucoup d'encre? 

En Asie, la première séance de la semaine était encore teintée de rouge pour cette raison, mais aussi par que l'indicateur des directeurs d'achats chinois était médiocre en novembre. Mais la grande question reste donc de savoir si la Fed américaine va faire bouger vers le bas le curseur de son programme de rachat d'actifs plus tôt que prévu...

ECO ET DEVISES

La contraction de l'activité des entreprises du secteur privé français s'accélère en décembre. L'Indice Flash Composite Markit de l'Activité Globale en France se replie de 48 en novembre à 47, signalant ainsi un 2ème recul mensuel consécutif. La baisse de l'activité se renforce tant dans le secteur des services que dans l'industrie manufacturière. Les prestataires de services signalent un repli de l'activité pour le 2ème mois consécutif, le taux de contraction atteignant en outre son plus haut niveau depuis juin (indice Flash des Services à 47,4). Les fabricants indiquent quant à eux un fort recul de leur production (indice Flash de l'Industrie Manufacturière au plus bas de 7 mois à 47,1), tendance portant l'actuelle période de contraction à 5 mois.
Andrew Harker, Senior Economist à Markit, commente ainsi les derniers chiffres de l'enquête PMI Flash Markit pour la France : "Les dernières données PMI flash composites dressent un tableau inquiétant de l'économie française en cette fin d'année 2013. Après le retour à la contraction observé en novembre, la baisse de l'activité s'accélère en décembre, tendance résultant d'un recul des nouvelles affaires que les répondants attribuent à la réticence de leurs clients à engager de nouvelles dépenses. Une moins grande frilosité des clients s'avère donc essentielle pour éviter un nouveau recul prolongé de l'activité des entreprises du secteur privé français en 2014".

Aux Etats-Unis, l'indice Empire State de la Fed de New York de décembre (14h30 : consensus 5) précédera les données sur la productivité et coûts au 3ème trimestre (14h30 : consensus +3,9% et -1,4% respectivement), l'indice manufacturier Markit PMI américain de décembre (14h58 : consensus 55) et la production industrielle de novembre (15h15 : consensus +0,6%).

La parité euro / dollar atteint 1,3755 ce matin. Le baril de Brent se négocie 109,18$ et le WTI 96,36$ pour l'échéance de janvier.

VALEURS EN HAUSSE

* Rodriguez : remonte de 8%. Après trois ans d'une restructuration difficile, particulièrement dans un contexte économique défavorable, Rodriguez Group "a désormais les moyens de ses ambitions et respecte les fondamentaux opérationnels nécessaires pour réussir son pari", indique le fabricant de bateaux de plaisance.
La restructuration de sa dette bancaire reste toutefois "un élément déterminant pour assurer une capacité d'investissement et de production suffisante et rassurer la clientèle, deux points nécessaires à la pérennité du Groupe". Au 30 septembre, terme de l'exercice fiscal 2012/2013, Rodriguez Group a dégagé un résultat opérationnel courant de -8,6 Millions d'Euros (-21 ME sur l'exercice précédent), soit une réduction de la perte opérationnelle de l'ordre de 65% (12,4 ME). Cette amélioration a été obtenue avec un chiffre d'affaires annuel consolidé en baisse, à 56,7 ME (77,9 ME en 2011/2012). "Rodriguez Group améliore donc sa performance sans faire de croissance, ce qui est le signe d'un retournement per se de son modèle économique, et laisse augurer de belles perspectives en phase de développement", indique le management. Ainsi, la marge brute dégagée par le Groupe est positive à 3,3 ME dans des proportions similaires à celles constatées en 2011/2012 (10,8 ME de marge brute pour 77,9 ME de chiffre d'affaires). Rodriguez Group a achevé en 2012/2013 l'effort de restructuration opérationnelle, finalement plus long et plus coûteux que ce qui avait été estimé en 2009/2010. Le retour à l'équilibre d'exploitation suppose désormais le rétablissement d'un niveau de chiffre d'affaires acceptable, le point mort se situant aux alentours de 80 ME de chiffre d'affaires consolidé, soit une base 5 fois inférieure à celui de 2008/2009.
Sur l'exercice 2012/2013, le résultat avant impôt ressort à -18,5 ME (-32,1 ME au 30 septembre 2012). L'entreprise clôture son exercice 2012/2013 avec un résultat net de -18,7 ME, soit une perte réduite de moitié par rapport à l'exercice 2011/2012 (35,6 ME de pertes).

* Poncin Yachts : +4%. Le groupe Poncin Yachts a ramené sa perte opérationnelle courante à -0,6 millions d'euros au terme de l'exercice 2012/2013, malgré des revenus en baisse à 31,8 millions d'euros. Il faut aussi noter qu'il intègre 2,6 millions d'euros de dotations aux amortissements et provisions. Le résultat opérationnel brut bénéficie d'un exceptionnel et s'inscrit à 0,3 million d'euros, dans le vert. Le résultat net consolidé ressort à 0,15 million d'euros, après une perte de -2,5 millions d'euros sur le précédent exercice.
En parallèle, la société de Canet-en-Roussillon a amélioré son bilan avec une dette nette réduite à 4,4 millions d'euros et des fonds propres stables de 19,4 millions d'euros. Le flux de trésorerie net était positif de 3 millions d'euros sur l'exercice. Les résultats ont profité de la vente de White Shark et du net abaissement du point mort de la division bateaux, désormais concentré sur les catamarans de grande taille, avec les sorties prévues du CATANA 70 (contribution à l'activité sur 2013/2014) et du CATANA 53 (exercice 2014/2015). Quant au pôle Services, il "restera une composante essentielle du groupe tant en terme d'offre indispensable pour les plaisanciers que de contribution à la rentabilité".

* CNP : reprend 2% avec Innate Pharma, Crit et Recylex

* Total : +1% avec Eurazeo, Lafarge

* Carrefour : +1%. Le groupe et Klépierre ont signé le protocole d'accord de cession par la foncière d'un portefeuille de 127 galeries commerciales attenantes à des hypermarchés du distributeur, à un consortium comprenant Carrefour et des investisseurs institutionnels, pour 2,01 milliards d'euros droits inclus. La rumeur de l'opération avait fait son apparition en novembre dernier, forçant les parties à confirmer l'existence de discussions. Le portefeuille concerné comprend des galeries de petite et moyenne tailles qui avaient été acquises en 2000... auprès de Carrefour ! La transaction devrait aboutir au second trimestre 2014, et ne serait pas soumise à des conditions suspensives de financement ou de levée de fonds. Les opérations d'information-consultation des instances représentatives du personnel vont démarrer. Les autorités de la concurrence vont avoir à se prononcer en France et en Espagne, et les autorités locales françaises seront consultées sur leur droit de préemption.

VALEURS EN BAISSE

* Peugeot : poursuit son recul de 5% après sa correction liée à la sortie de GM du tour de table et à la future augmentation de capital.

* Rallye : -2% avec Valneva, SoiTec,

* Neopost : -1% suivi de AKKA

* Renault : -1%. Peugeot a beau avoir des discussions avec Dongfeng, c'est bien avec Renault que le constructeur chinois concrétise un projet industriel cette semaine. Les deux parties ont fait savoir que la société Dongfeng Renault Automotive Company, DRAC pour l'acronyme, avait été créée sous les plumes de Carlos Ghosn et Xu Ping ce matin. Le projet a été validé par l'autorité chinoise en charge du développement. L'entreprise, détenue à parité par les deux constructeurs, va bénéficier d'une mise de fonds de 870 millions d'euros (7,76 milliards de yuans) pour édifier une usine à Wuhan (province d'Hubei), qui sortira à terme 150.000 véhicules par an. Les premières ventes sont prévues en 2016.

* Aéroports de Paris : -0,5%. L'opérateur a enregistré en novembre un trafic en hausse de 1% par rapport au mois de novembre 2012, avec 6,7 millions de passagers accueillis, dont 4,6 millions à Paris-Charles de Gaulle (-0,1%) et 2,1 millions à Paris-Orly (+3,5%). Depuis le début de l'année, le trafic d`Aéroports de Paris est en croissance de 1,4% avec un total de 83,3 millions de passagers. Le nombre de passagers en correspondance est en progression (+1,6%) et le taux de correspondance reste inchangé à 23,9%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant