Démare : " Les pavés ne me font pas peur "

le
0
Démare : " Les pavés ne me font pas peur "
Démare : " Les pavés ne me font pas peur "

Arnaud Démare, comment se passe la cohabitation avec Nacer Bouhanni ?Les seuls moments où l'on se croise, c'est en stage. Hier soir (ndlr : lundi soir), on a mangé tous ensemble et on a passé une bonne soirée. La cohabitation est largement possible. Après, en course c'est forcément différent. On veut tout les deux gagner et lever les bras.

Pensez-vous remporter un jour le Paris-Roubaix ou le Tour des Flandres ?Marc (Madiot, manager de la Fdj.fr), a des ambitions personnelles. Moi aussi. Je suis peut-être un peu plus discret sur mes ambitions mais ces classiques font rêver. C'est le Nord, c'est les pavés, ce sont des parcours qui me conviennent. Il faut être à l'offensive. Je ne suis pas qu'un sprinteur. J'aime aussi attaquer. Paris-Roubaix, le Tour des Flandres, ce sont des courses qui me plaisent. Les pavés ne me font pas peur. Ça fait mal comme pour tous les coureurs. Mais peut-être que ça me fait moins mal que les autres, que je suis plus endurant. J'aime ça. L'an dernier, je n'ai pas eu de chance en crevant dès le premier secteur. Même si on est très prés, c'est une course où il y a une partie de hasard et de chance.

Et Gand-Wevelgem ?C'est peut-être la classique la plus accessible à l'heure actuelle. Je pense que je peux envisager une victoire dès cette année. Cela demande moins d'endurance que les autres classiques et cela peut mieux me convenir au niveau du parcours pour l'instant. Après, le Tour des Flandres et Paris-Roubaix c'est un autre gabarit.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant