Démantèlement à Calais : MSF dénonce une «sélection au faciès» des mineurs

le
0
Démantèlement à Calais : MSF dénonce une «sélection au faciès» des mineurs
Démantèlement à Calais : MSF dénonce une «sélection au faciès» des mineurs

Ils dénoncent un «tri» arbitraire. Médecins sans frontières (MSF) a décidé d'arrêter de participer à l'orientation des mineurs de Calais vers le dispositif prévu pour eux dans le cadre du démantèlement de la «Jungle» en raison d'un désaccord de principe.

 

«Les mineurs font la queue devant le sas, mais leur accès est conditionné à l'accord d'une seule personne, qui décide s'ils pourront ou non entrer» a affirmé ce mardi Frank Esnée, le chef de mission France pour MSF. L'ONG Médecins du Monde a pour sa part dénoncé «un délit de faciès», en se disant «vivement préoccupés des critères de sélection».

 

#Calais La distinction mineurs / majeurs se fait désormais au faciès devant le hangar. Où sont les entretiens et recours promis ? pic.twitter.com/UY3wRschQg

— MSF France (@MSF_france) 25 octobre 2016

«C'est une sélection au faciès qui n'est pas acceptable» et qui a abouti à l'exclusion d'«un tiers» des personnes se présentant comme mineures, a accusé Frank Esnée de MSF. Le chargé de mission, qui travaille dans la Jungle dénonce également un processus «pas légal, dès l'instant où toute personne se déclarant mineure a droit à un entretien». «Nous cessons d'orienter les mineurs vers le dispositif», a-t-il annoncé. En revanche, MSF terminera le travail engagé pour les personnes vulnérables. 

 

Vidéo. Les premiers mineurs isolés de la «jungle» de Calais arrivent à Londres

 

Une source du ministère de l’Interieur, citée par 20 minutes, confirme qu’environ un tiers des personnes se verraient refuser l’accès au dispositif de «mise à l’abri» prévu pour les moins de 18 ans. «C’est un tri qui se fait sur des critères d’évidence, en restant large », assure un représentant de l’État sur place.

 

«Pas de délit de faciès»

 

Interrogée, la préfète du Pas de Calais Fabienne Buccio a souligné qu'«à l'entrée du sas, une association ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant