Demandeurs d'asile : Hollande contre des quotas en Europe

le
0
Demandeurs d'asile : Hollande contre des quotas en Europe
Demandeurs d'asile : Hollande contre des quotas en Europe

Dans la foulée des positions prises ce week-end par son Premier ministre, François Hollande a affirmé mardi à Berlin qu'il n'était «pas question qu'il y ait des quotas» de migrants en Europe, comme, prétendent-ils, l'envisagerait la Commission européenne. Mais le président de  la République s'est déclaré favorable à une meilleure «répartition» des réfugiés entre pays de l'UE.

«Il n'est pas question qu'il y ait des quotas d'immigrés parce que nous avons des règles» sur «le contrôle des frontières et des politiques de maîtrise de l'immigration», a-t-il dit lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel. «Les personnes qui viennent parce qu'elles pensent que l'Europe est un continent de prospérité alors même qu'elles ne sont pas accueillies par des entreprises (...) doivent être raccompagnées, c'est la règle», a souligné le chef de l'Etat français.

«Donc on ne peut pas parler de quotas, il ne peut pas y avoir de quotas pour ces migrants, a-t-il fait valoir, soulignant que «le droit d'asile n'obéit pas à un quota» ce qui «n'aurait aucun sens». «Nous récusons cette notion contraire aux principes», a encore martelé François Hollande. «En revanche, lorsqu'il y a des réfugiés et qu'ils vont toujours dans les mêmes pays, l'Allemagne et, dans une moindre mesure, la France, la Suède... Nous devons faire en sorte que d'autres pays puissent également prendre leur part, c'est ce qu'on appelle la répartition», a-t-il développé.

A ses côtés, la chancelière Angela Merkel a précisé qu'ils avaient chacun demandé à leur ministre de l'Intérieur «de réfléchir» aux propositions de la Commission européenne. «Il y a beaucoup de questions qui méritent approfondissement», a-t-elle relevé. Parmi celles-ci, selon elle : «Que faire de ceux qui n'ont pas la possibilité de recourir au droit d'asile?». «Je suis sûre que là-dessus, nous aurons une position ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant