Demande de redressement pour quatre quotidiens normands

le
0

ROUEN (Reuters) - La direction du pôle des quatre quotidiens normands du groupe Hersant en dépôt le bilan va demander le placement de ses sociétés en redressement judiciaire, annonce le groupe.

Cette demande de la Société normande de presse, d'édition et de publicité (SNPEI), qui possède ces journaux, sera examinée par le tribunal de commerce du Havre (Seine-Maritime) le 29 février, précise-t-il lundi dans un communiqué.

Le dépôt de bilan des quotidiens Paris-Normandie, Havre Libre, Havre Presse, et Le progrès de Fécamp avait été annoncé dans la matinée lors d'un comité d'entreprise extraordinaire, a-t-on appris de source syndicale.

Dans un communiqué, le groupe explique que ces titres souffrent depuis plusieurs années du recul de leur vente au numéro et de la baisse de leurs revenus publicitaires, "liés à la brutalité de la crise économique et à l'abandon progressif du papier pour le numérique".

"Je souhaite évidemment que le tribunal nous permette de présenter un plan de continuation", a déclaré Michel Lepinay, président de la SNPEI.

"J'ai la conviction que les titres du pôle ont un avenir et qu'il est possible de les redresser, à condition que soient mises en oeuvre aussi rapidement que possible les mesures de réduction des coûts qui s'imposent", ajoute-t-il.

Le chiffre d'affaires prévisionnel de la SNPEI s'établit, pour 2011, à 39,6 millions d'euros et son résultat net négatif est de 2,2 millions d'euros.

Le tirage des quatre quotidiens et de leurs suppléments était d'un peu plus de 75.000 exemplaires payants l'an passé, dont 52.606 pour Paris-Normandie, principal journal du pôle. La SNPEI emploie 365 salariés.

Marc Parrad, édité par Gérard Bon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant