Deliveroo va proposer des assurances à ses livreurs à vélos

le
0
Deliveroo va proposer des assurances à ses livreurs à vélos
Deliveroo va proposer des assurances à ses livreurs à vélos

Ils brûlent autant de calories qu'ils en livrent. Depuis plusieurs mois, les livreurs à vélo de repas envahissent les grandes villes, comme les VTC avant eux. Comme les VTC, ils sont souvent autoentrepreneurs mais travaillent pour des plates-formes de mise en relation. Et comme chez les VTC, la grogne sociale monte sur leurs conditions de travail. Peut-être échaudées par la crise entre les chauffeurs et Uber, les start-up de la food tech semblent vouloir prendre les devants. A commencer par Deliveroo, jeune pousse britannique arrivée en France en avril 2015.

 

Selon nos informations, les livreurs vont pouvoir souscrire, à partir d'aujourd'hui, une assurance à 0 ¤ auprès du leadeur du secteur. Une première qui répond à une revendication formulée à l'entreprise. «Nous voulions créer un cadre de prestation plus confortable, avec une assurance responsabilité civile qui couvre les dommages à un tiers», détaille Hugues Décosse, le directeur de Deliveroo France.

 

Un tout premier pas pour normaliser les relations. Car dans ce nouveau modèle économique, les livreurs sont le dernier maillon de la chaîne qui démarre par le restaurant et passe par un intermédiaire exigeant. Sans être leurs employeurs, les plates-formes de livraison dictent leurs règles à ces travailleurs indépendants qui n'ont ni congés payés ni cotisation retraite.

 

Indispensable de clarifier la loi

«C'est normal qu'il y ait un débat sur le statut et les contraintes des autoentrepreneurs dans une activité aussi récente, reconnaît Hugues Décosse. Mais nous avons tout fait pour leur donner la flexibilité qu'ils réclament. Ils sont indépendants, nous ne pouvons même pas leur imposer le port du casque. Il est indispensable de clarifier la loi.» Boris Mittelmüller, le directeur local de l'allemand Foodora, ajoute : «Ils ont aussi la liberté de ne pas travailler quand ils ne veulent pas et de choisir leurs horaires. C'est difficile de trouver ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant