Délinquance juvénile : un élu UMP refuse le «tout sécuritaire»

le
0
Prenant le contre-pied du gouvernement, le député du Val-de-Marne Jacques-Alain Benisti préconise «une vraie politique de prévention sur le terrain», dans un rapport remis jeudi à François Fillon.

Refuser la «logique répressive du tout sécuritaire». C'est ce que propose le député UMP Jacques-Alain Benisti, prenant ainsi le contre-pied de la politique gouvernementale en matière de délinquance des mineurs et des jeunes majeurs. A la place de cette logique qu'il juge inefficace, il préconise «une vraie politique de prévention sur le terrain», menée avec tous les acteurs» autour d'un maire «chef d'orchestre», dans un rapport remis jeudi au premier ministre, François Fillon.

Pour mettre en place cette politique, l'élu du Val-de-Marne propose de créer une nouvelle catégorie pénale spécifique pour les jeunes majeurs (18-25 ans). Objectif : que ces derniers, «pas toujours majeurs dans leur tête», puissent par exemple rester dans des centres fermés, qu'ils sont aujourd'hui obligés de quitter à leur majorité. «Il faut accepter qu'on a des gosses de 23 ou 24 ans qui ne sont pas encore adultes. Il faut que la chaîne pénale prenne en compte cet élément-là.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant