Délinquance : des chiffres sujets à caution

le
0
L'Observatoire national de la délinquance a présenté son état des lieux annuel de la délinquance. Le nouveau logiciel utilisé par la gendarmerie rend difficile la comparaison avec les années précédentes.

Longtemps gravés dans le marbre du vieil «état 4001», listant 107 crimes et délits, et pour autant sans cesse contestés, les chiffres de la criminalité n'ont jamais été autant sujets à caution. Au point que l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) présente ses données en exprimant des «réserves» liées à la «modernisation de l'enregistrement des faits constatés».

En clair, depuis janvier 2012, les gendarmes sont dotés de «Pulsar, nouveau logiciel comptabilisant les infractions directement par les brigades territoriales», sans plus aucune évaporation liée à l'ancien «stockage» mensuel des données à l'échelon départemental.

Par ailleurs, au nom de la «transparence», Beauvau a promis dès cette année d'incorporer de «n...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant