Del Bosque-Casillas : qui aime bien châtie très bien

le
0
Del Bosque-Casillas : qui aime bien châtie très bien
Del Bosque-Casillas : qui aime bien châtie très bien

Ils se connaissent depuis 25 ans, mais ça n'empêche pas les embrouilles. Vicente del Bosque et Iker Casillas, c'est une relation père-fils. Alors quand " El Marqués " s'est payé publiquement Monsieur Carbonero, l'Espagne n'a pas compris. Heureusement, la hache de guerre est déjà enterrée.

" Avec ses coéquipiers, il a été correct, mais nettement moins avec le staff. C'est pour cela que le seul à qui je n'ai pas envoyé de message, c'est Casillas. " Au micro d'El Larguero, une institution radiophonique de la SER, Vicente del Bosque a lâché un bombazo. Peu coutumier des envolées lyriques véhémentes, celui qui n'était pas encore officiellement ex-sélectionneur de la Roja a surpris beaucoup de monde, preuve que, malgré les démentis en conférence de presse agrémentés d'accusations à l'égard de la presse, l'ambiance au sein de la Selección était délétère. Quatre jours plus tard, les deux hommes se sont retrouvés à la Casa del Futbol de Las Rozas et ont signé la paix. Posture ou pas ? Les tertulias espagnols n'ont pas définitivement tranché. En même temps, ce serait dommage de faire retomber l'alioli tout de suite...

La brouille daterait du match contre la Croatie, même si la tension était déjà palpable depuis le début de l'Euro - dans la mesure où VDB n'avait donné aucune explication sur son choix d'introniser David de Gea. Dans la presse, les avis divergent, mais comme dirait Desproges, "c'est énorme". Pour les uns, le staff a envisagé d'offrir une dernière cape à la légende. Insatisfait de son rôle de suppléant, San Iker a fait savoir que si De Gea a été choisi, il doit rester titulaire. Ce n'était pas une manière d'adouber DDG, mais bien de manifester son mécontentement. Pour les autres, Casillas a cru comprendre qu'il serait titulaire et une radio l'a annoncé. Or, le staff technique a pris ça pour une fuite émanant du gardien de Porto et a véritablement puni le joueur. À partir de ce moment-là, la rupture a été consommée. Au lendemain de l'élimination contre l'Italie, Casillas a publié ce passage de Rambo, dont on ne sait toujours pas s'il annonçait sa retraite internationale ou s'il était un message subliminal à l'égard du staff, puisqu'il commence par " je m'en vais " et se poursuit par " je veux ce qu'ils veulent ", peut-être une allusion aux sondages populaires effectués avant le match contre la Croatie.

Un orgullo sentir el cariño de la gente en #GraciasCasillas hoy y siempre todos con la [A…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant