Del Bosque cache une forêt

le
0
Del Bosque cache une forêt
Del Bosque cache une forêt

Champion du monde et d'Europe, Vicente del Bosque ne fait pourtant plus l'unanimité en Espagne. Critiqué comme rarement pour sa liste des 23, le sélectionneur a préféré l'homogénéité aux talents de Saúl et Isco. Une hérésie pour certains, une logique de groupe pour d'autres.

Le succès en forme de set est net et sans bavure. Après avoir botté les fesses d'une faiblarde Corée du Sud (6-1), et enchaîné un second succès en autant de tests (3-1 face à la Bosnie), la Roja pense ainsi tenir le bon bout avant le rendez-vous français dont elle est la tenante du titre. Pourtant, alors que le football espagnol truste tous les strapontins européens grâce aux Merengues, Blaugrana et Sevillistas, certains observateurs font planer une ambiance délétère au-dessus de la sélection de Vicente del Bosque. En cause, les choix du sélectionneur pour sa liste des 23 et la mise au banc de Saúl et Isco, chouchous des rois de la hype. Sauf qu'avec un réservoir inépuisable de talents, d'autant plus au milieu de terrain, difficile de critiquer ces sorties du groupe. "Nous avons beaucoup travaillé sur cette liste, bien évidemment. Ce n'est pas le fruit d'un caprice", plaide l'intéressé qui, contre la volonté d'éditorialistes influents outre-Pyrénées et d'anciens internationaux, est sur le point d'officialiser la prolongation de son contrat jusqu'au Mondial russe. Un paradoxe tout espagnol qui rappelle que les polémiques ne sont pas que du ressort de la France.

L'Euro français pour préparer le Mondial russe


Bien qu'encore lointaine, la Coupe du monde 2018 occupe une bonne partie de l'esprit de Del Bosque. Car lorsqu'il dégaine sa première ébauche de liste, pas moins de 36 joueurs se retrouvent convoqués à las Rozas - le Clairefontaine local. D'un côté, les 25 potentiels représentants de la patrie en France, auxquels il faut ajouter onze jeunes espoirs, convoqués pour goûter, le temps de la préparation, aux exigences du niveau international. Une stratégie qu'expliquent autant la saison prolongée de nombreux internationaux - Colchoneros et Merengues se disputant la finale de Coupe d'Europe - que la volonté d'intégration de ces jeunes pousses. "Être dans ce groupe, c'est un premier petit pas pour commencer notre histoire avec la sélection absolue", confirme Diego Llorente, canterano madridista prêté au Rayo Vallecano. Accompagné par Sergio Asenjo (Villarreal), Bellerín (Arsenal), Jony (Sporting), Pau López (Espanyol), Jorge Meré (Sporting), Marco Asensio (Espanyol), Denis Suárez (Villarreal), Williams (Athletic), Fornals (Málaga) et…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant