Dekhar «n'était pas un mythomane», raconte son ancienne avocate

le
4
INTERVIEW - Emmanuelle Hauser-Phelizon dresse le portrait d'un homme calme, qui avait à l'époque de la fusillade de la place de la Nation «une petite amie très bien».

LE FIGARO - Comment êtes vous entré en contact avec Abdelhakim Dekhar et quel était son environnement familial à l'époque?

Emmanuelle HAUSER-PHELIZON - Mon nom avait été communiqué à sa s½ur par une de mes amies, car il avait refusé tous les avocats commis d'office. Ce n'était pas un homme isolé, il avait une petite amie très bien qui est tombée de sa chaise comme moi aujourd'hui quand elle a appris qu'il était impliqué dans cette affaire de fusillade. Elle affirmait que c'était un compagnon charmant. Sa famille qui n'a été vraiment présente que dans les premiers temps de l'affaire était convaincue de son innocence. C'était une famille d'immigrés deuxième génération bien intégrée. De mémoire, il y avait une s½ur et deux frères. Tous travaillai...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le jeudi 21 nov 2013 à 14:35

    Une chance pour la France qui a mal tourné...Elle a essayer de la redresser...Il est beau le résultat...

  • M4760237 le jeudi 21 nov 2013 à 13:36

    Cette avocate est à mourir de rire. Est-elle amoureuse ?

  • M4426670 le jeudi 21 nov 2013 à 13:30

    Allez, dehors! chez lui!!

  • M1736621 le jeudi 21 nov 2013 à 12:54

    Et qui vous payait, maître? Pas la justice puisqu'il avait réfutés les avocats commis d'office, alors qui?