Déjà 130.000 inscrits pour l'opération «Gaz moins cher ensemble»

le
0

Pour la deuxième année consécutive, l'association de consommateurs UFC-Que choisir lance une opération destinée à stimuler la concurrence sur le marché du gaz pour les particuliers. Et pour une nouvelle fois, l'audience est au rendez-vous.

L'opération n'est pas encore terminée - les consommateurs intéressés ont jusqu'au 19 janvier pour s'inscrire - mais elle est déjà d'ores et déjà un succès: plus de 130.000 particuliers sont déjà inscrits auprès de l'UFC-Que choisir dans le cadre de l'opération «Gaz moins cher ensemble». C'est mieux que l'année dernière à la même époque, étant entendu que l'édition inaugurale s'était terminée avec 142.000 inscriptions pour 71.000 souscriptions effectives. «Cette fois, nous lorgnons sur le cap des 150.000 inscrits, explique Cédric Musso, le directeur de l'action politique à l'UFC-Que choisir, ce qui serait un beau succès car l'effet surprise de la première opération est passé.»

À l'origine, l'association de consommateurs a lancé cette initiative pour stimuler la concurrence sur le marché du gaz pour les particuliers. La démarche est simple: tandis que les consommateurs s'inscrivent sur le site, l'UFC-Que choisir lance un appel d'offres auprès des fournisseurs avec un cahier des charges bien précis. C'est le distributeur vainqueur, celui qui propose la meilleure offre pour le consommateur, qui obtient le droit d'enrichir son portefeuille clients avec les foyers inscrits.

Lampiris et GDF Suez en compétition

Cette année, le cahier des charges de l'association de consommateurs prévoit «outre un prix attractif (moins 12% minimum par rapport au tarif réglementé de janvier), un contrat sûr, plus protecteur que ceux classiquement proposés, et l'accompagnement de l'UFC-Que choisir en cas de réclamations». L'année dernière, c'est l'opérateur belge Lampiris qui avait remporté la mise. Précision: il était seul en lice. Cette année, ils sont deux en compétition, Lampiris toujours et GDF Suez d'autre part. L'UFC-Que choisir se réjouit de ce duel: «Cette novation va permettre une réelle mise en concurrence par les prix à travers l'organisation d'une enchère inversée, le fournisseur le moins disant l'emportant.» Rendez-vous le 20 janvier puisque c'est ce jour que les deux fournisseurs pourront contre-enchérir s'ils le souhaitent.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant