Déguster oui, flasher et tweeter non: en France les chefs se rebiffent

le
0
Déguster oui, flasher et tweeter non: en France les chefs se rebiffent
Déguster oui, flasher et tweeter non: en France les chefs se rebiffent

Ne vous étonnez pas de voir un appareil photo barré en bas de la carte du cuisinier étoilé Alexandre Gauthier: comme lui, plusieurs chefs s'agacent de voir des clients, téléphone en main, prendre des photos de leurs plats pour les poster sur les réseaux sociaux. Gilles Goujon, chef trois étoiles à L'Auberge du vieux puits à Fontjoncouse (sud-ouest) prend l'exemple de son oeuf de poule "pourri" de truffes. "Si les gens le prennent en photo coupé et l'envoient sur les réseaux sociaux, ça enlève la surprise"."On enlève aussi un peu ma propriété intellectuelle, on peut être copié", se plaint le chef. Sans compter qu'une "photo prise avec un smartphone pas terrible est rarement bonne". "Ça ne donne pas la meilleure image de notre travail. C'est embêtant", poursuit-il. Il se plaint d'une blogueuse qui avait critiqué la cuisson de son pigeon, photo à l'appui, mais présentant l'oiseau non découpé. "Donc on ne voyait pas la cuisson du pigeon!", lâche le chef, toujours énervé, plusieurs mois après les faits.Les chefs français ne sont pas les seuls à se plaindre. Dans le New York Times, des chefs de la "Grosse pomme" dénonçaient récemment l'attitude de certains clients, debout sur leur chaise pour prendre la meilleure photo possible, qui utilisent le flash, voire des trépieds en plein restaurant. Conséquence: quelques-uns interdisent aux clients de prendre des clichés."Beaucoup de gens" prennent des photos, "c'est compliqué d'interdire", confie Gilles Goujon. "Je cherche une phrase à écrire (sur le menu, ndlr), mais je n'ai pas encore trouvé la bonne formule, qui ne soit pas choquante". Alexandre Gauthier, chef du restaurant la Grenouillère, à La Madelaine-sous-Montreuil (nord), a, lui, représenté un appareil photo barré sur sa carte. "Les photos ne sont pas interdites, mais je veux créer l'interrogation", a-t-il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant