Degroof Petercam : les divergences mondiales devraient favoriser les actions européennes en 2016

le
0

(AOF) - "Divergences" a été l'un des mots de 2015 sur les marchés financiers, il sera sans doute l'une des principales caractéristiques de l'année 2016. Action des banques centrales, positionnement des économies à des niveaux différents du cycle économique, impact différencié de la baisse des cours des matières premières... "L’année 2016 s’annonce complexe mais les divergences actuelles doivent être mises à profit afin d’apporter du rendement dans un contexte de taux durablement bas", recommande Laurent Gaetani, directeur général de Degroof Petercam Gestion.

Le gérant analyse précisément quatre "divergences" qui devraient guider les stratégies d'allocation d'actifs cette année.

D'abord, les divergences macroéconomiques devraient inciter à privilégier les actifs des pays développés dont la demande intérieure tire la reprise économique globale. Cependant, Laurent Gaetani voit dans cette situation une opportunité qu'il s'agira de saisir lorsqu'elle se présentera : "Néanmoins cette divergence a pour conséquence des valorisations attractives pour les émergents (dettes, actions et surtout devises). La stabilisation de la croissance de la Chine et des prix du pétrole fourniront les points d'entrée pour les marchés émergents".

Sur le plan monétaire ensuite, le directeur général de Degroof Petercam Gestion estime que la situation inédite initiée en 2015 avec le premier relèvement des taux de la Fed devrait s'accentuer cette année. "La Fed continuera à relever ses taux, la BCE et la Banque du Japon à accroître leur bilan, et la Banque centrale chinoise à stimuler la demande", assure le gérant. Elles "seront sources de volatilité sur les marchés et particulièrement sur les devises", prévient-il.

Troisième divergence repérée : "sur les marchés actions et obligations d'entreprises". Là encore, des taux bas, des dividendes élevés et des valorisations plus attractives que leurs homologues américaines devraient inciter les investisseurs à privilégier les actions européennes et japonaises. "Le constat est le même sur le marché de la dette privée avec un poids du secteur de l'énergie moins prononcé en Europe et un niveau de levier des entreprises européennes bien plus faible qu'aux Etats-Unis", précise Laurent Gaetani, chez Degroof Petercam Gestion.

Enfin, le gérant signale les divergences sur les matières premières "selon que le pays est importateur ou exportateur de matières premières."

Les opportunités que représentent ces divergences ne doivent pas faire oublier les risques qui resteront nombreux en 2016 : "politiques (Brésil, Turquie, Grèce, Royaume Uni et le risque d'un Brexit), géopolitiques (Syrie, État islamique, flux de migrants, attaques terroristes), poursuite du ralentissement économique des émergents (nouvelle chute du prix des matières premières), une croissance mondiale plus faible qu'anticipée (consensus à 3% pour 2016), une crise de liquidité notamment sur les obligations d'entreprises."

Trouver un équilibre entre toutes ces réalités nécessitera "une certaine dose de flexibilité et d'opportunisme", prévient Laurent Gaetani.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant