Dégradation volontaire du service public en Corrèze

le , mis à jour à 06:19
0
Dégradation volontaire du service public en Corrèze
Dégradation volontaire du service public en Corrèze

C'est une première française, mais elle fait s'agiter le microcosme politique corrézien, et les 1 300 agents dépendant du conseil départemental de Corrèze. Pascal Coste, son président (LR), a organisé hier un mouvement de protestation pour dénoncer le recul des dotations de l'Etat : 32 % de baisse, soit 13 M€ en moins entre 2014 et 2017. Il a donc demandé à ses employés — services sociaux, route, transports scolaires, cantines scolaires — non pas de faire grève, mais d'assurer un « service dégradé » afin que les usagers mesurent l'importance de leur activité.

 

Le maire de Tulle dénonce « une grève obligatoire »

 

Conséquence, à Tulle, hier matin, les bureaux publics étaient fermés, les réunions annulées, les transports scolaires réduits et les collégiens ont eu droit à un repas froid.

 

Les fonctionnaires territoriaux du département ont repris leur travail à partir de 14 heures. « Cette mobilisation est un début, car il n'y a pas qu'en Corrèze qu'il y a un malaise, a averti Pascal Coste. L'Etat doit pérenniser ses dotations aux départements pour leur permettre d'assurer leurs missions. » Le président avait convoqué les agents du département à 9 h 30 dans la cour de l'hôtel Marbot, siège du conseil départemental à Tulle. Les 800 employés présents ont écouté son allocution, ainsi que celles de plusieurs chefs de service. Mais les conditions de cette convocation ont fait grogner l'opposition et les syndicats. En effet, d'après ces derniers, chaque agent aurait reçu un courrier lui ordonnant de se présenter, sous-entendant des sanctions en cas de désobéissance.

 

Le maire de Tulle, Bernard Combes, président de l'Union des élus socialistes, a, de son côté, dénoncé « une grève obligatoire destinée à servir les options partisanes du président. » Du côté des agents, le discours était plus nuancé. « Cette journée avait sûrement une dimension ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant