Dégradation de la note : un Nobel au secours de l'exécutif

le
20
Paul Krugman, en 2009.
Paul Krugman, en 2009.

C'est une expertise qui devrait faire plaisir au gouvernement. Dans une note sur son blog, Paul Krugman, Prix Nobel d'économie en 2008, minimise la dégradation de la note de la France par Standard & Poor's. "Il faut continuer de dire que les agences de notation n'ont aucune - je dis bien aucune - information spéciale sur la solvabilité nationale, surtout celle de grands pays comme la France", développe le spécialiste sur ce site hébergé par le New York Times. "Ne prenez pas cette dégradation comme la démonstration que quelque chose dysfonctionne vraiment dans l'État français. Il s'agit bien plus d'une idéologie que d'une analyse économique défendable", ajoute Paul Krugman. "Pourquoi cette dégradation ? S&P affirme que le pays n'a pas mené les réformes qui vont permettre de créer de la croissance à moyen terme", estime l'expert. "Mais que savons-nous vraiment des réformes économiques qui vont créer de la croissance, et combien cette croissance va générer ? La réponse est pas grand-chose !" poursuit-il.

Non à la "rhétorique apocalyptique"

Dans une seconde note, il indique : "La France n'est certes pas dépourvue de problèmes, mais la question importante est pourquoi cette nation qui rencontre assez peu de soucis suscite l'intérêt des agences de notation et autant de rhétorique apocalyptique..." D'une seule voix, le gouvernement a défendu ses réformes après la décision de S&P. Arnaud Montebourg, plus incisif, a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jy831 le lundi 11 nov 2013 à 04:58

    Encore un gauchiste qui veut nous empecher de nous enrichir et nous faire partager nos biens avec des traine savate qui ne peuvent meme pas se payer une rolex

  • leblan73 le lundi 11 nov 2013 à 00:59

    Krugman n'en est pas à sa première erreur de jugement...

  • Dinero75 le lundi 11 nov 2013 à 00:15

    Les USA viennent de creer + de 200,000 emplois le mois dernier avec:- le shut down de l'Administration Obama, fonctionnaires au chomage.- les coupes automatiques du Budget de l'Etat depuis 9 moisEvidemment tous les emplois sont ds le prive ! CQFD: Keynes est bien mort !

  • jbellet le dimanche 10 nov 2013 à 17:34

    les socialistes ont du casser la tirelire

  • jsrlak1 le dimanche 10 nov 2013 à 17:08

    Ou il ne vit pas en France, ou il n'a pas encore reçu sa feuille d'impôt où il ne connait pas le fonctionnement keynésien et surtout kafkaïen de la France vivant dans un autre pays. Quoi qu'il en soit, on a beau appliqué la méthode Coué, les chômeurs existent, la dette existe, les fermetures d'entreprises sont là, la perte de compétitivité est là et le matraquage fiscal hollandien asservit les français a un état dans lequel il ne se reconnaissent plus

  • M3154658 le dimanche 10 nov 2013 à 16:46

    En général on postule à la constance de la vitesse de circulation , si je ne m'abuse ... bon un complexe de décisions à prendre ... Pas si simple , et c'est le boulot de nos argentiers. Mais il suffit que l’État mette son nez pour ça devienne ingouvernable. Les Objectifs n’étant plus les m^mes ... d'où l’indépendance (apparente) des Bq centrales !

  • M3154658 le dimanche 10 nov 2013 à 16:43

    ... la monétisation de l'économie réelle reste cependant un casse tête et , les Bq centrale régissent bien souvent à contre temps. En plus ils suffit que des moyens de paiement restent en souffrance et que les comportements changent pour être hors de clous ...

  • M3154658 le dimanche 10 nov 2013 à 16:41

    ... Il vaut mieux assurer la flexibilité des Prix et laisser le Marché agir ... Concurrence ...

  • M3154658 le dimanche 10 nov 2013 à 16:37

    Les relance KEYNESIENNES suppose que le moteur de l'économie réelle réponde. De deux choses l'une où les revenus sont accord avec la production alors la relance part en inflation ou ils sont trop faibles et l'élasticité Prix insuffisante alors elle marche , soit par la dépense budgétaire avec une récupération par l'impôt ou monétaire avec stabilité des Prix.

  • bianca20 le dimanche 10 nov 2013 à 16:05

    Paul Krugman devrait retourner à la maternelle et apprendre cette phrase très simple : "Trop d'impôt tue l'impôt."