Défiscalisation : six questions souvent posées

le
1
Parmi les questions posées, celle sur la pertinence d'investir dans un FCPI ou un FIP. (© Fotolia)
Parmi les questions posées, celle sur la pertinence d'investir dans un FCPI ou un FIP. (© Fotolia)

«Mon gestionnaire de patrimoine me propose ­d’investir dans un FCPI ou dans un FIP, qu’en pensez-vous ?»
Les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et les fonds d’investissement de proximité (FIP) peuvent se révéler de bonnes affaires. À condition de posséder une certaine surface financière et d’investir dans plusieurs fonds de gestionnaires différents pour diversifier les risques.

Les FCPI et les FIP sont des placements de défiscalisation. Comme ils concernent des structures non cotées plus ou moins fragiles, le législateur accorde des avantages fiscaux aux investisseurs. Mais vous devez conserver vos titres cinq ans au minimum. En pratique, la durée réelle de détention est plus proche de sept à huit ans, car vous devez attendre que toutes les participations aient été vendues pour récupérer votre mise.

La réduction d’impôt est égale à 18% de l’investissement, dans la limite de 12.000 euros pour un célibataire et de 24.000 pour un couple. Si vous investissez dans un FIP et un FCPI, les plafonds doublent. Le montant maximal de la réduction d’impôt est alors de 4.320 euros (2.160 × 2) pour un célibataire et de 8.640 euros (2 × 4.320) pour un couple. Pour les FIP corses, dont l’épargne collectée est en partie investie en Corse, le taux de réduction passe à 38%.

«J’envisage d’investir dans une SCPI de déficit

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 il y a 2 semaines

    La défiscalisation sur placements, ou l'art d'investir dans un placement (très) aléatoire dans lequel on n'aurait sûrement jamais investi sans une carotte fiscale... en constante diminution ! ;-)