Défilé du 14 juillet : Hollande chahuté par des anti-mariage gay

le
2
Défilé du 14 juillet : Hollande chahuté par des anti-mariage gay
Défilé du 14 juillet : Hollande chahuté par des anti-mariage gay

«Un président normal peut connaitre aussi un jour sans pluie.» Cette formule de François Hollande, lancée l'an dernier lors de son premier 14 Juillet en tant que président, vaut pour cette année. C'est sous un soleil radieux que le chef de l'Etat, habitué des cérémonies sous le déluge depuis son élection en mai 2012, a présidé ce dimanche le défilé militaire. Une tradition républicaine qu'a tenté de perturber des opposants au mariage gay.

Ouvert par les troupes maliennes, le défilé a débuté peu après 10 heures sur l'avenue des Champs-Elysées. Hollande a pris place à bord d'un véhicule de commandement pour passer en revue les troupes depuis l'Arc de Triomphe avant de descendre les Champs, escorté par les cavaliers de la Garde républicaine. Huées et sifflets se sont élevés dans la foule à son passage, provenant d'opposants au mariage gay. Au niveau du Grand Palais et de l'avenue Franklin-Roosevelt, un homme a suivi à leur demande les policiers, sans opposer de résistance, selon l'AFP.

Lancer de ballons noirs du Printemps français

Avant le défilé, entre 9 heures et 10 heures, au niveau du Grand Palais, une quinzaine d'entre eux arborant des drapeaux ou des bracelets roses de la Manif pour tous avaient été interpellés pour des contrôles d'identité, a constaté une journaliste de l'AFP. Le mouvement avait pourtant précisé dans la semaine qu'il n'appelait à aucune action «par respect pour l'armée française». Mais les plus résolus des opposants s'étaient donné rendez-vous sur Twitter.

Six personnes placées derrière une barrière ont ainsi déployé une banderole sur laquelle étaient dessinés un homme, une femme et des enfants se tenant la main, imitant le logo de la Manif pour Tous, ont rapporté plusieurs témoins.

Le Printemps français, nébuleuse radicalement opposée au mariage homosexuel, a accroché une banderole à une flopée de ballons noirs. Ce lâcher a eu lieu alors que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8589793 le dimanche 14 juil 2013 à 16:47

    Le pingouin sifflé et hué durant toute sa descente des Champs: un régal, malgrè les tentatives des télés pour occulter ces manifs.

  • gmich10 le dimanche 14 juil 2013 à 16:11

    Pour le garde des sceaux ,Monsieur Taubira ,je rappelle qu'il y a seulement du civisme à combattre une loi scélérate.