Défilé du 14 juillet : Hollande à l'aise dans son habit de chef de guerre

le , mis à jour à 12:25
1
Défilé du 14 juillet : Hollande à l'aise dans son habit de chef de guerre
Défilé du 14 juillet : Hollande à l'aise dans son habit de chef de guerre

Personne ne l'attendait sur ce registre. François Hollande, l'homme du compromis et de la synthèse au PS, le professionnel de l'esquive, accusé jusque dans son propre camp de ne pas savoir trancher, a déclenché cinq interventions militaires depuis son arrivée à l'Elysée (Serval au Mali, Barkhane dans le Sahel, Sangaris en Centrafrique, Chammal en Irak puis en Syrie, Sentinelle en France). Et il s'en est fallu de peu pour que l'opération Hermès voie le jour : c'était le nom de code prévu pour une guerre contre le président syrien, Bachar al-Assad, annulée in extremis à l'été 2013 après le revirement de Barack Obama. Lui, cet homme surnommé « Guimauve le conquérant » en 2011 par un lieutenant de Laurent Fabius, était prêt à s'en aller mener cette guerre dont les Américains n'ont pas voulu. « C'est vrai, acquiesce un de ses proches. Avec lui, les armées auront été sollicitées comme rarement. Le président socialiste a engagé plusieurs opérations militaires et a augmenté le budget de la Défense. »

 

Certes, le mandat de François Hollande coïncide avec l'essor du terrorisme en Afrique et au Proche-Orient, ses conséquences catastrophiques en France, victime d'attentats revendiqués par des Français issus des rangs de groupes djihadistes. Mais le président s'est senti à l'aise dans son uniforme de chef de guerre. Et a été profondément marqué par cette expérience inédite. « Je peux ici vous dire que je viens de vivre la journée la plus importante de ma vie politique », assène ainsi un Hollande étonnamment martial, à Bamako, le 2 février 2013. « A ce moment précis, il a eu un sentiment d'accomplissement et de puissance, raconte un de ceux qui ont participé au déclenchement de l'opération au Mali. Il a pris conscience du pouvoir qui était le sien. Vous appuyez sur le bouton à 11 h 30, et à 16 heures l'armée passe à l'action. C'est un moment rare dans la vie d'un président, où vous avez ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4098497 il y a 12 mois

    Visiblement moins à l'aise pour maitriser sa mèche...