Défilé anti-Obama sous les fenêtres de Mandela

le
0
LES ADMIRATEURS DE NELSON MANDELA SE MOBILISENT À PRETORIA
LES ADMIRATEURS DE NELSON MANDELA SE MOBILISENT À PRETORIA

par Peroshni Govender

PRETORIA (Reuters) - Admirateurs de Nelson Mandela et détracteurs de Barack Obama se sont mobilisés vendredi à quelques mètres les uns des autres à Pretoria, où le héros de la lutte contre l'apartheid lutte contre la mort sur un lit d'hôpital.

Barack Obama, premier président afro-américain, est attendu en visite officielle dans la soirée en Afrique du Sud en provenance du Sénégal.

Il pourrait se rendre au chevet de Nelson Mandela mais cela dépendra de la volonté de la famille de "Madiba".

"Je n'ai pas besoin d'une séance photo (avec Mandela). La dernière chose que je souhaite faire serait d'être de quelque manière que ce soit envahissant au moment où sa famille s'inquiète pour sa santé", a dit le président américain aux journalistes l'accompagnant à bord d'Air Force One.

Nelson Mandela, âgé de 94 ans, est dans un état critique à la suite d'une infection pulmonaire découlant d'une tuberculose contractée lors de ses longues années de bagne à Robben Island, au large du Cap.

Un millier de syndicalistes, d'étudiants et de membres du Parti communiste sud-africain (SACP) ont défilé à travers la capitale jusqu'à l'ambassade des Etats-Unis, où ils ont brûlé un drapeau américain pour protester contre la diplomatie "arrogante et oppressive" de l'administration Obama.

"Nous avions énormément misé sur le premier président noir américain. Compte tenu de l'histoire de l'Afrique, nous attendions plus", explique un étudiant en droit de 19 ans, Khomotso Makola. "Il nous a déçus et je pense que Nelson Mandela serait tout aussi déçu et aurait le sentiment qu'il nous a laissés tomber."

VEILLÉES DE PRIÈRES

Les détracteurs sud-africains de Barack Obama lui reprochent sa politique de recours massif aux attaques de drones à l'étranger qui, selon eux, ont tué des centaines d'innocents et sa promesse non tenue de fermer la prison de Guantanamo.

Certains manifestants ont estimé que le visiteur américain ne devrait pas essayer de s'identifier à l'icône de la "nation arc-en-ciel".

"Nelson Mandela accordait de la valeur à la vie humaine (...) il aurait condamné les attaques de drone et les victimes civiles. Mandela ne peut pas être son héros", affirme ainsi Yousha Tayob.

À quelques pâtés de maisons de là, c'est avec beaucoup de ferveur et d'émotion que des admirateurs de "Madiba" prient pour sa santé.

Nelson Mandela avait salué en son temps l'élection de Barack Obama, qu'il avait reçu en 2005 lorsque le président américain, de père kényan, était simple sénateur.

Un peintre nigérian de 31 ans, Sanusi Olatunji, est venu exposer ses portraits des deux hommes sur les murs de l'hôpital de cardiologie où Madiba a été admis dans la nuit du 7 au 8 juin. "Ce sont les deux grands hommes de ma vie", confie l'artiste alors que des fleurs, des petits mots d'affection et des cadeaux sont déposés par des anonymes.

Des veillées de prières ont été organisées devant l'hôpital de Pretoria et l'ancien domicile de Madiba à Soweto, dans la banlieue de Johannesburg.

Barack Obama, qui a qualifié Nelson Mandela de "héros personnel" lors de son étape dakaroise, était attendu vers 18h00 GMT en Afrique du Sud. Aucun événement public n'est inscrit à l'agenda de sa visite ce vendredi soir.

"Lorsque nous arriverons, nous évaluerons la situation", a-t-il dit aux journalistes accrédités.

Obama, qui doit se rendre à Robben Island, ira aussi à la rencontre de jeunes habitants du "township" de Soweto ce samedi et prononcera dimanche un discours à l'université du Cap.

Il conclura son périple africain par la Tanzanie.

avec Mark Felsenthal et Jeff Mason à bord d'Air Force One; Jean-Loup Fiévet et Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant