Déficits publics : la Sécu devra économiser plus de 20 milliards

le
4
Déficits publics : la Sécu devra économiser plus de 20 milliards
Déficits publics : la Sécu devra économiser plus de 20 milliards

Sur les 50 milliards d'euros d'économies annoncés, le Premier ministre, Manuel Valls, a précisé ce mercredi qu'au total plus de 20 incomberont à la Sécurité sociale : 10 milliards demandés à l'assurance maladie, 11 milliards dans «d'autres dépenses de Sécurité sociale».

A elle seule, l'assurance maladie, branche la plus déficitaire (6,1 Mds? en 2014) de la Sécu, devra donc supporter 10 des 50 Mds? d'économies promis d'ici 2017 pour financer le pacte de responsabilité. Or, les efforts engagés par l'assurance maladie sont déjà très lourds. Pour 2014, 2,9 Mds? d'économies sont ainsi escomptés, avec un nouveau tour de vis sur les médicaments. Les dépenses de santé ne devront pas progresser de plus de 2,4%.

Réduire cet objectif de progression des dépenses à moins de 2% permettrait de dégager près d'un milliard par an. «C'est sans doute très difficile, mais pas impossible à terme», analyse Didier Tabuteau, responsable de la chaire santé de Sciences Po Paris, qui cite comme autres mesures possibles la réorganisation du panier de soins pris en charge par la Sécu, le développement des génériques ou encore la lutte contre le gaspillage.

Du côté des professionnels de santé, l'objectif des «10 milliards» d'euros est jugé «réalisable». «Il faut investir davantage dans les soins de ville, soigner en ville avant d'aller à l'hôpital», plaide Claude Leicher président du premier syndicat de médecins généralistes, MG France.

Crainte d'une réduction des prestations sociales

«Vu les niveaux auxquels Valls veut arriver, on ne peut plus uniquement impliquer la médecine de ville et jouer sur les génériques. Il faut impliquer l'hôpital», renchérit Jean-Paul Ortiz, président du premier syndicat de médecins libéraux (CSMF).

La fédération hospitalière de France se dit également prête «à accompagner les pouvoirs publics dans leur volonté de réforme». Se sachant dans le collimateur, la FHF va ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3896121 le jeudi 10 avr 2014 à 06:41

    j'allais mettre cette phrase aussiCMU/HOPITAL et j'en oublie plein (tout est gratos chez nous) Mieux vaut être un étranger dans ce pays,tu cotises pas un radis et on te soigne gratis,elle est belle la vie continuons a cotisés pour payés nos soins toujours plus cher....pour être remboursé moins.Je n'ai plus de mutuelle aujourd'hui alors que j'en avais une depuis 1974 pour ma famille et moi même mais cela ne sert à rien elles ne remboursent plus rien.

  • olyve54 le jeudi 10 avr 2014 à 06:20

    clam92, tu es un/une utopiste! nos politicards de droite comme de gauche ne s attaqueront jamais aux tout puissants laboratoires, comme ils ne toucheront jamais à la finance....franchement s ils en avaient dans le pantalon, le pays ne serait pas dans cette panade et les reformes necessaires auraient été conduites depuis bien longtemps....a côté de ça ils détruisent tout, même notre secu.....

  • zanderki le jeudi 10 avr 2014 à 05:05

    Mieux vaut etre un etranger dans ce pays,tu cotise pas un radis et on te soigne gratis,elle est belle la vie continuons a cotisés pour payés nos soins toujours plus cher....

  • clam92 le jeudi 10 avr 2014 à 04:34

    Peut être vont ils enfin mettre les prix des médicaments français au même prix que les médicaments vendus par les labo français aux pays étrangers. On peut rêver. Ce serait tellement facile à faire qu'aucun gouvernement, de droite ou de gauche, n'a voulu s'attaquer aux labos pharmaceutiques. Peut être vont ils aussi regarder le prix des appareils médicaux vendus aux hôpitaux français !!!