Déficits : Nicolas Sarkozy tient à sa révision constitutionnelle

le
0
Le projet de loi annoncé mercredi en Conseil des ministres devra franchir un obstacle de taille : recueillir une majorité des trois cinquièmes au Congrès.?

Rien ne se fait jamais au hasard. Lors d'un déplacement mardi dans le Cher, le chef de l'État a fait un plaidoyer pour l'orthodoxie budgétaire. Et mardi, en Conseil des ministres, il a défendu longuement l'objectif d'une gestion rigoureuse des deniers publics. Objectif qu'il veut inscrire dans la Constitution. Nicolas Sarkozy avait annoncé, le 20 mai dernier, qu'il souhaitait transformer en règle constitutionnelle le principe d'un équilibre budgétaire pour l'ensemble des administrations publiques. Mercredi, en Conseil des ministres, le projet de loi réformant la Constitution a donc été annoncé par le premier ministre, François Fillon. Mais pour être adopté, il faudra obtenir une hypothétique majorité des trois cinquièmes des parlementaires réunis en Congrès à Versailles.

Le président a rappelé qu'il s'agissait de «mettre chacun devant ses responsabilités». «Si les élus d'opposition veulent dépenser plus, il faut que les Français sachent que cela veut d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant