Déficits : au PS, protestations contre le «tabou» des 3 %

le
0
Le premier ministre insistera mardi devant les députés sur la nécessité de respecter la trajectoire prévue par l'Union européenne, alors que certains ténors socialistes relativisent l'importance de cet objectif.

D'abord jouée en sourdine, la petite musique se fait entendre de plus en plus fort. À l'instar de nombreux économistes, certains ténors de la majorité commencent à s'interroger sur l'objectif fixé par François Hollande de ramener le déficit public à 3% du PIB. Un objectif que beaucoup jugent irréaliste, voire dangereux, pour un pays qui s'enfonce dans la récession, alors que les prévisions de croissance initialement fixées à 1,7% pour 2013 ont été revues à la baisse (0,8%) depuis et menacent de l'être encore. «Au début de l'été, quand j'ai commencé à poser la question, tout le monde m'est tombé dessus, raconte le député de l'Essonne, Jérôme Guedj (aile gauche). On me disait: "Que dis-tu? La réduction des déficits est une promesse de Hollande!" Là, je constate que le débat est posé. Tant mieux. Je suis pour le sérieux budgétaire mais les 3% ne doivent pas être une obligation qui balaye tout le reste.»

Les élus de l'aile gauche ont été

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant