Déficit, réformes : Christine Lagarde appelle Valls à poursuivre ses efforts

le
7
Déficit, réformes : Christine Lagarde appelle Valls à poursuivre ses efforts
Déficit, réformes : Christine Lagarde appelle Valls à poursuivre ses efforts

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, appelle la France à poursuivre ses efforts pour réduire son déficit budgétaire et à accélérer ses réformes, dans un entretien au quotidien Les Echos à paraître lundi.

«Il faut garder le cap de la réduction des dépenses publiques», défend Mme Lagarde, alors que le gouvernement français a été contraint cet été de revoir à la baisse ses ambitions en la matière.

A la mi-août, le ministre des Finances Michel Sapin avait fini par reconnaître que la France ne parviendrait pas à ramener son déficit public à 3,8% du PIB cette année, avançant un chiffre supérieur à 4%. Dès lors, Paris ne sera pas non plus au rendez-vous des 3% - la norme européenne - l'an prochain.

Pas d'excuse pour reporter les réformes

En outre, la dirigeante du FMI a estimé que «même si l'inflation est plus faible que prévu, elle ne peut pas être utilisée comme un paravent pour reporter les efforts nécessaires sur la dépense», rejetant ainsi un argument avancé par Michel Sapin lui-même. Ce dernier avait plaidé la semaine dernière qu'«on ne peut pas avoir les mêmes objectifs (d'économies) avec une inflation qui devient très faible».

Parallèlement, Christine Lagarde appelle le gouvernement Valls à accélérer ses réformes, saluant notamment sa volonté de légiférer sur les professions réglementées, et conseille de s'attaquer, pas seulement en France mais «dans l'ensemble de la zone euro» au «carcan de la réglementation du travail».

Les ordonnances envisagées par Valls plébiscitées

Enfin, plutôt que d'un éventuel report en 2017 du retour du déficit sous les 3% du PIB, elle dit s'inquiéter que «les réformes structurelles qui génèrent de la croissance (soient) réellement, rapidement et complètement mises en oeuvre».

«Quand j'apprends que la France envisage d'avancer par voie d'ordonnance pour aller plus vite, je m'en réjouis. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le lundi 8 sept 2014 à 07:34

    Reconstruction de l'organisation politico/administrative du pays qui est ubuesque et réduction drastique de la dépense publique pour la ramener de 58% du PIB à 40% en cinq ans. Chômage, compétitivité de l'économie réelle, accroissement de la richesse globale du pays : on retrouvera tout dans cinq ans mais il faut accepter 5 ans de galère

  • lemeri38 le lundi 8 sept 2014 à 06:45

    mais quelles reformes ? qu'on fait les socialos depuis 2 ans a part étrangler tout le monde avec les impôts pour ne surtout pas baisser les dépenses ?

  • idem12 le lundi 8 sept 2014 à 06:35

    en clair merci d’organiser la libre concurrence entre les salariés : demain plus que des boulots à temps partiel à 2 euros de l'heure...c'est beau le progrès...

  • M6816885 le lundi 8 sept 2014 à 06:17

    Cette dame a raison même si on peut lui reprocher de ne pas avoir réformer alors que son parti était au pouvoir , Réformer en France est une tâche difficile , vous avez l aile gauche du ps , les mélenchons les écolos qui croit encore que l état doit tout réguler e fournir des emplois , c est á dire , plus de fonctionnaires , donc plus dimpôts et une droite divisée en un bloc extrème avec des solutions grotesques et une droite classique en panne de leader et de programme clair , bref...

  • axiome01 le lundi 8 sept 2014 à 04:26

    oui allons y dérèglementons le marché du travail !!! c' LA solution merci Madame ...mais avant de le crier comme une évidence, veuillez dire aux sans dents en quoi ça consiste.

  • sj7261p0 le lundi 8 sept 2014 à 03:34

    Quelles réformes ? quels réduction des déficits publics ont été engagés ??? RIEN.

  • pascalcs le lundi 8 sept 2014 à 01:32

    Toutes les réformes qu'elle a bien pris le soin de ne surtout pas faire alors qu'elle était ministre durant quelques années. Illustration de l'élite totalement défaillante.