Déficit : pour Bruxelles, la France ne respectera pas son objectif en 2017

le
6
Déficit : pour Bruxelles, la France ne respectera pas son objectif en 2017
Déficit : pour Bruxelles, la France ne respectera pas son objectif en 2017

Sur fond de croissance atone et en l'absence de nouvelles réformes, la France ne pourra pas respecter son engagement de ramener sous la barre des 3% son déficit public en 2017, a estimé jeudi la Commission européenne en présentant ses prévisions économiques d'hiver.

Après un déficit attendu à 3,4% du Produit intérieur brut (PIB) en 2016, la Commission table pour 2017 sur un chiffre de 3,2%, supérieur aux exigences du pacte de stabilité (3%), alors que la France a déjà obtenu en 2015 un délai supplémentaire de deux ans pour tenir l'engagement.

L'exécutif européen anticipe une croissance des recettes fiscales encore trop faibles l'an prochain pour compenser ce que devrait être le niveau de la dépense publique au vu des «tendances récentes».

«Nous raisonnons à politiques inchangées et à ce stade nous n'avons pas de données nouvelles pour l'année prochaine», a justifié Pierre Moscovici, commissaire européen chargé de l'Economie (et ex-ministre français de l'Economie et des Finances), lors d'une conférence de presse à Bruxelles. «Avec des mesures appropriées et de la volonté politique, c'est tout à fait jouable» de passer sous les 3%, a-t-il poursuivi.

Austérité encore insuffisante

«Comme chaque année, les prévisions qui sont faites par le services de la Commission pour l'année suivante n'intègrent pas les textes budgétaires (loi de finances et de financement de la sécurité sociale) à venir», a réagi le ministre français des Finances, Michel Sapin. «La France ramènera le déficit sous 3% en 2017, comme elle s'y est engagée», a-t-il asséné.

D'après Bruxelles, la croissance des recettes fiscales devrait s'accélérer mais à «seulement 2,3%» l'an prochain, après +1,9% en 2016, «les réductions d'impôts pour les entreprises prévues dans le cadre du Pacte de responsabilité n'étant pas pleinement compensées».

Dans la colonne dépenses, l'austérité imposée aux collectivités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2487190 il y a 10 mois

    Preuve flagrante, la photo, les media etaient habituees avec les GROS billets de 500€, les pauvres francais lamda, alors petites coupures de 20€ et 50€

  • M2487190 il y a 10 mois

    Et les responsables et coupables ne sont jamais demitonnes !!!

  • bearnhar il y a 10 mois

    Ils sont elus au moins ces gens ? Et ils prevoient quoi pour que toute l'UE lutte autant que nous contre la barbarie ? Et ils font quoi pour recuperer tout notre argent detourne dans les paradis fiscaux ?

  • Cambio17 il y a 10 mois

    40 ans que çà dure !

  • 445566ZM il y a 10 mois

    SI l'état et les collectivités embauchent, le chômage baisserait, en plus les salaires des fonctionnaires rentrent dans le PIB, donc la relation déficit/PIB, baissera pour s'approcher de 3 %. Tous contents, sauf ceux qui devront rembourser la dette.

  • ZvR il y a 10 mois

    Aucun effort en france pour tenter de reprendre le controle des dépenses, et lutter contre la corruption......