Déficit : Moscovici n'exclut pas des sanctions contre la France

le
1
Déficit : Moscovici n'exclut pas des sanctions contre la France
Déficit : Moscovici n'exclut pas des sanctions contre la France

L'avertissement de la part du précédent ministre des Finances français ne manque pas de sel. Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques, n'a pas exclu lundi des sanctions contre la France si celle-ci ne parvenait pas à réduire suffisamment ses déficits, à quatre jours du verdict de Bruxelles sur les finances publiques françaises.

«On a les données sur la table et j'espère qu'on va trouver un bon accord», a déclaré Pierre Moscovici sur France 2. «Un bon accord est toujours préférable à de mauvaises sanctions mais des sanctions peuvent être aussi nécessaires quand il n'y a pas d'accord», a-t-il ajouté.

«Moi je souhaite que ça se passe bien», avait souligné d'emblée Pierre Moscovici. «Il est indispensable que le déficit se réduise à un rythme prévu par les règles européennes, c'est-à-dire de 0,5 point de PIB» par an, a-t-il expliqué, en référence au déficit dit «structurel» c'est-à-dire relevant de la seule volonté politique sans éléments conjoncturels extérieurs. Sur ce point, a-t-il estimé, le gouvernement français a «bien avancé», mais, a-t-il insisté, «il ne peut pas y avoir de dérogation aux règles».

«Je pense que les sanctions, c'est un échec pour le pays qui est sanctionné, -par hypothèse, je ne le souhaite pas-, c'est aussi un échec pour l'Europe qui n'aura pas réussi à convaincre», a-t-il jugé. «L'Europe est là pour convaincre, pour inciter à la réforme, elle n'est pas là pour punir», a-t-il dit. «En même temps, si les réformes ne sont pas faites, si les déficits ne se réduisent pas, nous n'avons pas le choix par rapport à nos textes», a-t-il poursuivi.

La loi Macron, «un premier pas»

La Commission européenne doit rendre vendredi son verdict sur le budget 2015 de la France, assorti d'une nouvelle recommandation sur le calendrier de réduction des déficits. Elle semble pour l'instant prête à accorder un nouveau délai de trois ans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcus61 le lundi 23 fév 2015 à 12:14

    excellent!!