Déficit : Michel Sapin espère faire mieux que les prévisions dès cette année

le
3
Déficit : Michel Sapin espère faire mieux que les prévisions dès cette année
Déficit : Michel Sapin espère faire mieux que les prévisions dès cette année

Possible de mieux faire. C'est le message envoyé par Michel Sapin, le ministre des Finances, dans les Echos ce lundi en évoquant l'objectif de réduction du déficit budgétaire (3,3% du PIB en 2016 et 2,7% en 2017). Si une telle hypothèse serait déjà une première depuis 2005, avec un passage sous la barre de 3% imposée par les traités européens, le ministre laisse entendre que le résultat pourrait être encore meilleur. 

 

Dans les Echos, il veut d'abord «réaffirmer cet objectif de 3,3%, alors que certains prétendaient qu'il ne serait pas atteint». Et d'ajouter : « Mais je n'exclus pas qu'on puisse faire mieux. Ce serait alors la deuxième année consécutive et j'espère que tout le monde reconnaîtra notre sérieux dans la gestion des finances publiques.» En clair : le déficit pourrait être inférieur à 3,3% pour l'année 2016. 

 

 

 

La Commission européenne, dans ses prévisions macroéconomiques pour la zone euro publiées mercredi, estime elle que la France devrait bel et bien repasser sous la barre des 3% de déficit public en 2017, conformément à l'engagement pris par le gouvernement.

 

 

 

 

Selon la Commission, la croissance en France devrait être de 1,4% en 2017, contre 1,3% en 2016. Pour Bruxelles, le déficit public français devrait s'établir à 2,9% du Produit intérieur brut (PIB) l'an prochain, après 3,3% cette année. Ce chiffre est légèrement supérieur à la prévision du gouvernement (2,7%). Immédiatement, Michel Sapin avait rebondi en affirmant que «l''effort d'assainissement des finances publiques réalisé sur le quinquennat permettra à la France de sortir de la procédure pour déficit excessif, à laquelle elle est soumise depuis 2009.»

 

Ces prévisions interviennent malgré de nouvelles dépenses constituées par les mesures annoncées depuis début 2016 en faveur des jeunes, des enseignants, de la sécurité, de l'emploi... Une enveloppe estimée à 5,7 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9941825 il y a 5 mois

    Il suffit d'augmenter la DETTE

  • M7997320 il y a 5 mois

    Quand tu es dans la fange jusqu'au cou, ça sent mauvais, par dessus la tête, tu es mal.......MAIS après, tu touche le fond ET tu remontes. FACILE NON!!!!!!!!!!!!!

  • gl060670 il y a 5 mois

    Faire mieux, comment !! les classes moyennes sont étouffées, les entreprises font faillites et les riches s"exilent. l'avenir est moche.