Déficit : Michel Sapin à Bruxelles pour convaincre la Commission européenne

le
3
Déficit : Michel Sapin à Bruxelles pour convaincre la Commission européenne
Déficit : Michel Sapin à Bruxelles pour convaincre la Commission européenne

Alors que la commission européenne publier ce lundi à 11 heures, ses prévisions économiques (croissance, inflation, chômage) des 28 pays de l'UE, Michel Sapin, le ministre des Finances, se rend à Bruxelles pour tenter de convaincre ses homologues de la zone euro sur la politique économique entreprise pour ramener le déficit de la France à 3% du PIB l'an prochain.

Jusqu'à présent, la Commission tablait sur un déficit français de 4% cette année et de 3,9% en 2015... C'est à dire très loin du retour sous la barre des 3% promis par le gouvernement.

Alors que François Hollande entame, mardi, la troisième année de son mandat avec l'espoir d'un «retournement» de conjoncture, synonyme de redistribution des fruits de la croissance, les chiffres qui vont être dévoilés par la Commission devraient montrer selon Bercy une «amélioration profonde». D'autant qu'ils ne prendront pas en compte les dernières décisions du plan Valls, dont le pacte de responsabilité qui prévoit la suppression de 30 milliards d'euros de cotisations patronales d'ici à 2017 avec l'objectif de relancer l'emploi.

Verdict de la Commission début juin

Comme ses voisins de la zone euro, la France devrait faire parvenir à Bruxelles, le 7 mai, son programme de stabilité qui détaille les principaux points de la politique économique du pays d'ici 2017. C'est pourquoi, la Commission ne devrait se contenter, ce lundi, que d'une première évaluation du plan d'économies français et donner son avis sur les reformes en cours en jugeant ou non de leur crédibilité.

La France reste dans une situation difficile face à Bruxelles. Alors que Paris a déjà obtenu à deux reprises le report de l'objectif de ramener le déficit du PIB sous la barre des 3%, une position ferme et contraignante de la Commission sur ce point pourrait fragiliser les signes de reprise. D'ailleurs, François Hollande avait laissé entendre qu'il n'était pas question de «fragiliser» la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 5 mai 2014 à 10:59

    Ce pauvre Sapin n'a aucune dignité, il me fait penser à un clodo qui fait la manche, mais lui c'est au niveau de l'Etat, pauvre pays !!!!!

  • marcsim5 le lundi 5 mai 2014 à 10:59

    Chevalier BLANC...Depuis le 1er avril 2014, le vote blanc est comptabilisé (loi du 21 février 2014) : " Les bulletins blancs sont décomptés séparément et annexés au procès-verbal. Ils n'entrent pas en compte pour la détermination des suffrages exprimés, mais il en est fait spécialement mention dans les résultats des scrutins. Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc. ".....A cet égard, les élections européennes du 25 mai 2014 seront une première.....

  • pichou59 le lundi 5 mai 2014 à 09:48

    LE DEFICIT : À l'Assemblée nationale, les salaires des députés se sont élevés à environ 50 millions d'euros pour l'année. Les pensions de retraite versées ont atteint, elles, 65,7 millions d'euros. Comment un régime par répartition peut-il verser des retraites supérieures au revenu global perçu par les actifs ? C'est très simple. Pour 7,5 millions de cotisations, les contributions et subventions versées par l'Assemblée ont atteint plus de 58 millions : près de huit fois plus ! le sénat idem