Déficit : la petite victoire de Michel Sapin

le
11
Michel Sapin et son secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, ont dévoilé le budget 2017 le 20 septembre.
Michel Sapin et son secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, ont dévoilé le budget 2017 le 20 septembre.

L'information est passée relativement inaperçue mercredi avec l'annonce de la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine. Quelques heures plus tard, la Commission européenne a pourtant estimé que la France serait probablement capable de ramener son déficit sous la barre fatidique des 3 % du PIB fin 2017 comme s'y est engagé François Hollande.

Annoncée à l'occasion de la présentation des prévisions économiques d'automne de la Commission pour l'ensemble de l'Union européenne, la nouvelle est excellente pour le président français et son ministre de l'Économie et des Finances, Michel Sapin, accusé depuis des semaines par la droite d'avoir présenté un budget électoral à la limite de l'insincérité.

L'offensive des Républicains fragilisée

Les Républicains au Sénat ont d'ailleurs prévu d'en remettre une couche, la semaine prochaine, en conviant les journalistes à une conférence de presse pour dénoncer les faiblesses de la copie gouvernementale. Leur argumentaire risque d'être sérieusement fragilisé par l'analyse du gendarme budgétaire européen.

Malgré une croissance revue en baisse à 1,3 % en 2016, contre 1,5 % pour l'hypothèse gouvernementale, Bruxelles s'attend à ce que la cible de déficit visée par Paris, de 3,3 % du PIB, soit atteinte en 2016. Et prévoit une nouvelle baisse du déficit à 2,9 % en 2017, malgré une croissance, là encore,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • soulamer il y a un mois

    En basculant sur les collectivités ....

  • M467862 il y a un mois

    Sarkozy n'a jamais été dans les clous et c'était plus proche de 7 que de 6%. Maastrich un nom inconnu pour lui et la dernière année de son mandat, il a insisté sur la Régle d'Or et pour le prochain président.

  • laurus il y a un mois

    M. Pinpin est trop fort, il a réussi ... à embobiner jusqu'aux commissaires de Bruxelles. Encore une "habileté comptable" là-dessous, à n'en pas douter. Vraiment, ce M. Pinpin est trop fort, mais il partira avec les autres !

  • lemeri38 il y a un mois

    et y en a qui osent dire bravo ? c'est sur qu'en augmentant les impots comme ils l'ont fait et en taxant tout ce qui bouge on y arrive... ca aurait été mieux en baissant les dépenses ...

  • simeoi.j il y a un mois

    Raz-le -bol des conservateurs!On peut ne pas aimer la gauche ainsi que Hollande!Rappel:2001----- 980 milliards de dette. 2012------1700 milliards de dette!

  • alc2855 il y a un mois

    Bravo M. Sapin. Vous n'avez pas osé réembaucher les 1 fonctionnaire sur 2 qui partaientt à la retraite. En fait vous devez tout à Sarkozy.... Lol !

  • M3354347 il y a un mois

    @ bonhof Pas difficile de crier victoire quand on fait de la cavalerie en anticipant les recettes et en repoussant les dépenses !!! Comme ils sont sûrs d'être virés, ils chargent la barque pour 2017 et 2018, et même au delà... Ce sont les rois du savonnage de planche et de l’esbroufe ; avec en prime un p'tit coup de pouce vraisemblable sur place du copain Moscovici !!!!

  • M1235888 il y a un mois

    Fin 2013, la dette publique au sens de Maastricht s’élevait à 1 940,4 milliards d'euros en base 2010 (91,8 % du PIB), ici nous parlons uniquement du deficit public annuel, ce qui est encore une drôle de façon de statuer sur un état qui n'est absolument pas dans sa globalité.Moins d’intérêts, et toujours autant voir plus de dépenses publiques, l'équation permets aujourd'hui un joli tour de passe-passe pour sauver les meubles

  • jhernan5 il y a un mois

    Après des augmentations sans mesure des impôts, la chute vertigineuse du prix du pétrole et la baisse historique des taux d'intérêt, il n'y a vraiment pas de quoi pavaner. Avec des dépenses repoussées et des recettes anticipées, il serait effectivement étonnant que la limite des 3 % soit respectée en 2017 et 2018.

  • RBONHOF il y a un mois

    Bravo MR SAPINEt un pied de nez à tous ceux qui critiquent toujours tout.si la droite passe, le déficit va dépasser les 3 % et ion dira que la conjoncture était mauvaise à ce moment là....