Déficit : la Cour de comptes prévoit un nouveau dérapage proche de 4% en 2014

le
1
Déficit : la Cour de comptes prévoit un nouveau dérapage proche de 4% en 2014
Déficit : la Cour de comptes prévoit un nouveau dérapage proche de 4% en 2014

Un nouveau dérapage de 4% du déficit de la France en 2014 et une dette de l'ordre de 2 000 milliards d'euros. Dans son rapport annuel sur la situation et les perspectives des finances publiques, la Cour des comptes s'attend à de nouveaux dérapages alors que précisément le collectif budgétaire est en discussion actuellement au parlement.

Pour les sages de la rue Cambon, même si le gouvernement a déjà opéré des corrections sur les recettes fiscales, celles-ci pourraient encore être sous estimées de 2 à 3 milliards d'euros... En revanche, la Cour juge «modéré» le risque de dépassement des dépenses même s'il n'existe «aucune marge de sécurité pour des dépenses imprévues».

Conséquences : le déficit «pourrait être proche de 4 % du PIB en 2014, voire légèrement supérieur si la prévision de croissance du gouvernement ne se réalisait pas», précise ce rapport en ajoutant d'ailleurs que cette «prévision paraissait élevée». Autre coup dur, la dette publique pourrait dépasser les 2 000 milliards d'euros en augmentant «au moins» jusqu'en 2015. .

Dans l'hypothèse de ce dérapage en 2014, «la poursuite de la trajectoire des finances publiques pour les années qui viennent s'en trouverait immédiatement fragilisée», a souligné Didier Migaud, le premier président de la Cour des comptes. L'objectif de ramener le déficit à 3 % du PIB en 2015 ne donc serait pas atteint, alors que la Commission européenne avait accordé en 2013 à la France un délai supplémentaire de deux ans pour y parvenir. Bruxelles estime d'ailleurs que le déficit devrait d'élever l'an prochain à 3,4 % du PIB. «?les déficits effectifs et structurels, ainsi que la dette publique, pourraient être plus élevés que ceux inscrits dans le programme de stabilité», explique la Cour.

Selon la Cour, le risque de ne pas tenir les objectifs «?est plus particulièrement important pour l'année 2015?» avec comme principale difficulté la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ceriz le mardi 17 juin 2014 à 12:33

    le vrai coup dur : c devoir supporter les salaires de nos 602000 élus !! ah les sénateurs et députés! ceux là....... mon dieu.......