Déficit : il faudra encore de la rigueur? et de la croissance

le
0
DÉCRYPTAGE - Le déficit budgétaire a été inférieur à ce qui était prévu en novembre 2011.

Cette amélioration sur le front des finances publiques, c'est du pain bénit pour le gouvernement. À trois mois des élections, en plein marasme économique, il peut se targuer de tenir le navire. En privé, le ministre de l'Économie, François Baroin, se félicite même d'avoir été le ministre «le plus rigoureux» depuis l'après-guerre!

Non seulement Paris a tenu ses engagements de déficit public - il prévoyait jusqu'à présent de boucler 2011 à 5,7% du PIB, après les records à plus de 7% de 2009 et 2010. Mais il estime désormais que le résultat obtenu sera «probablement inférieur» à ce chiffre... Le 9 janvier, lors de ses v½ux à la presse, le premier ministre François Fillon louait ce «gage de crédibilité vis-à-vis des Français, comme vis-à-vis des marchés».

Des mesures efficaces

Il faut certes voir la moitié pleine du verre: une partie de la bonne surprise de la fin de l'année dernière vient effectivement des efforts fournis par le gouvernement.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant