Déficit, emploi, économies : la feuille de route du gouvernement

le
6
Déficit, emploi, économies : la feuille de route du gouvernement
Déficit, emploi, économies : la feuille de route du gouvernement

Ce mercredi, le gouvernement français a présenté ses prévisions budgétaires pour les trois prochaines années, soit jusqu'à la fin du quinquennat. Des annonces adoptées en Conseil des ministres qui confirment les prévisions des spécialistes. Son objectif : «permettre à la croissance d'accélérer et à l'emploi privé de progresser de manière durable». Pour cela, près de la moitié des 50 milliards d'euros d'économies prévus devra être réalisée en 2015.

21 milliards d'euros dès 2015. Le gros des économies annoncées devrait être achevé dès l'an prochain. Le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a expliqué vouloir concentrer près de la moitié des 50 milliards d'économies sur 2015. Soit un effort de 21 milliards d'euros. Le gouvernement table ensuite sur 16 milliards en 2016 et 13 milliards en 2017.

Un déficit à 3% en 2015. Le gouvernement a confirmé son intention de ramener le déficit public français à 3% du Produit intérieur brut en 2015, conformément à ses engagements européens. Ce n'est «pas une question de fétichisme ou de soumission» a affirmé le ministre des Finance Michel Sapin. Cette diminution du déficit public, au prix d'économies sans précédent de 50 milliards d'euros, sera réalisé, après une étape à 3,8% du PIB cette année, selon les prévisions du gouvernement présentées en Conseil des ministres.

Parallèlement à la baisse du déficit public (Etat, protection sociale, collectivités locales), qui se poursuivra jusqu'en 2017 pour atteindre 1,3% du PIB, le gouvernement table sur un reflux du déficit structurel, c'est-à-dire hors aléas de la conjoncture, de 2,1% du PIB en 2014, à 1,2% en 2015 et à 0,3% en 2017.

4 milliards d'euros d'économies supplémentaires dès 2014. La réduction du déficit public va nécessiter «un effort net de redressement supplémentaire de 4 milliards d'euros» dès 2014, a annoncé le gouvernement français. Ces 4 milliards, entièrement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M601364 le mercredi 23 avr 2014 à 18:14

    Virer 50% de députés et de sénateurs point final et leurs cireurs de pompes et chauffeurs montré l'exemple

  • M3766402 le mercredi 23 avr 2014 à 17:11

    quand la réduction drastique des fonctionnaires et de leurs privilèges?

  • gacher le mercredi 23 avr 2014 à 14:46

    valls est un gestionnaire exceptionnel, il suffit de voir EVRY qui est une ville les plus endettés grâce à valls. Comme ministre de l’intérieur il a fait exploser les vols, il suffit de voir la percée du FN. Après sarko qui a nié la crise pendant 4 ans et demi,on a nunuche premier et ce guign ol, beau parleur et bon à rien. Sa première action,, la négociation de 2 ans de plus à Bruxelles pour ramener le déficit à 3 % est un échec, Ce n'est que le début.

  • sachaaa le mercredi 23 avr 2014 à 14:33

    COMME DE COUTUME:les français de tous niveaux vont faire des efforts mais les politiciens n'en font aucun:100.000 à 150.000 élus seraient amplement suffisants sans cumul possible ;et devant rendre des comptes régulièrement aux français....des milliards seraient ainsi économisés et le peuple retrouverait ,peut-ètre confiance en ses élus...mais ils préfèrent tous se gaver sur notre dos....

  • d.e.s.t. le mercredi 23 avr 2014 à 13:08

    J'appellerais plutôt ça une "feuille de déroute"! C'est ce qui convient le mieux à un projet socialiste!

  • coco123 le mercredi 23 avr 2014 à 13:03

    kadafi l inventeur de la feuille de route ...portait aussi le kéffier ...dit le paroié enfin la serviette anti moustiques ...nos deux compéres n ont rien dans la tète ..voire leur qualificatif sur internet ne nous fait plus rèver ..menteur .infidéle .trompeur