Déficit : de nombreux obstacles à la «règle d'or»

le
0
Le gouvernement a relancé les travaux sur la réforme de la Constitution qui obligerait à une meilleure gestion des finances publiques. Mais conscient du danger politique, il hésite à la conduire jusqu'au bout.

Instaurer des règles contraignantes de bonne gouvernance pour les finances publiques: l'exécutif a toujours ce projet en tête. Mais de l'intention à la réalisation, il peut y avoir un gouffre en politique. Mercredi soir, le premier ministre, François Fillon, les ministres de l'Économie et du Budget - Christine Lagarde et François Baroin - se sont réunis à Matignon avec des parlementaires de la majorité spécialistes des questions budgétaires. Au menu: la réforme de la Constitution en vue d'imposer une meilleure gestion du budget de l'État et de la Sécu.

Les protagonistes ne partent pas de rien, loin s'en faut. C'est Nicolas Sarkozy lui-même qui, au printemps dernier, avait lancé l'idée d'une «règle d'or» budgétaire. Un groupe d'experts et de parlementaires, emmenés par Michel Camdessus, avaient ensuite planché sur le sujet. Une série de propositions en était sortie: réserver les mesures fiscales aux lois de finances et aux lois de financement de la Sécu, ins

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant