Déficit de la Sécu : les laboratoires pharmaceutiques se rebiffent

le , mis à jour à 18:44
4
Déficit de la Sécu : les laboratoires pharmaceutiques se rebiffent
Déficit de la Sécu : les laboratoires pharmaceutiques se rebiffent

Trop c’est trop ? Souvent montrés du doigt pour l’envolée tarifaire de certaines innovations et un lobbying très très actif, les laboratoires de médicaments, représentés par le syndicat Leem (les entreprises du médicament), protestaient chaque année contre l’effort demandé au secteur pour contribuer à réduire le déficit de l’assurance maladie. Mais le Projet de loi de financement de la sécurité sociale, PLFSS, pour 2017 que vient de présenter Marisol Touraine, la ministre de la Santé, leur est cette fois rester en travers de la gorge. Entre baisse des prix et baisse des prescriptions demandée aux médecins, l’industrie pharmaceutique va contribuer à plus de 1,6 milliard d’euros au comblement du trou de la sécu en 2017.

 

Plus qu’une paille comparée aux 22,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé sur les médicaments remboursables en 2015. De quoi aussi mettre « sérieusement en danger la capacité d’innovation du secteur », disent-ils, à un moment où « la course mondiale à l’innovation nécessite des moyens ». Sans compter l’impact sur l’emploi, le secteur ayant déjà fait un gros ménage dans ses effectifs.3500 emplois supprimés depuis 2014. « Onze PSE (plans de sauvegarde de l’emploi) sont en cours dans nos entreprises, rappelait ce midi Patrick Errard, président du Leem. Entre 2015 et 2016, nous aurons supprimé 3500 postes de collaborateurs dans nos entreprises. « Je vois beaucoup de gens se précipiter pour sauver les 400 emplois d’Alstom, mais personne pour s’intéresser à ceux de notre secteur», ironise le patron du Leem.

 

 

La capacité d’innovation menacée

Si le Leem «tire la sonnette d’alarme », comme il dit, c’est parce que cette fois, «C’est le financement de l’innovation que ce PLFSS met en péril, martèle Patrick Errard. On nous a d’abord mis à contribution sur les blockbusters (Médicaments rentables à grosse diffusion), puis sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • alphalog il y a 8 mois

    et si on revendait quelques tgv aux entreprises du médicament??? pas c.on, non?

  • g.gigon il y a 8 mois

    Encore des décisions de technocrates ignorants qui vont mettre en péril l'industrie pharmaceutique française.

  • paspil il y a 8 mois

    vivement une centrale d'achat europeenne du medicament : tu acceptes le prix ou tu perds 300 millions de consommateurs ... je serais meme content avec seulement l' Itale , personne n'en parle mais ils agissent depuis des années ...

  • paspil il y a 8 mois

    et dire que l'on paye nos medicaments 20 % plus cher qu'en Italie mais bon ils font des procés contre la corruption ...