Déficit de l'Etat : 3 milliards d'euros supplémentaires sur un an à fin mai

le
9
Déficit de l'Etat : 3 milliards d'euros supplémentaires sur un an à fin mai
Déficit de l'Etat : 3 milliards d'euros supplémentaires sur un an à fin mai

Le ministère du Budget a annoncé mardi que le déficit de l'Etat s'est creusé de trois milliards en un an, atteignant 72,6 milliards d'euros en mai, contre 69,6 milliards un an plus tôt. Le gouvernement s'était initialement engagé à le ramener à 61,6 milliards d'euros fin 2013 (contre 87,2 milliards fin 2012) mais a depuis admis que la conjoncture économique compliquait la situation.

Bercy explique cette dégradation par des dépenses européennes exceptionnelles. Au premier rang de ces dépenses, l'augmentation de capital de la Banque européenne d'investissement (1,6 milliard) et la dotation au Mécanisme européen de stabilité, le fonds de secours de la zone euro (3,3 milliards). Pour des raisons comptables, ces deux dépenses n'alourdissent pas toutefois le déficit public de la France au sens européen, dont les comptes de l'Etat sont une composante avec ceux de la Sécurité sociale et des collectivités territoriales.

Selon le ministère du Budget, le contrecoup d'une recette exceptionnelle perçue début 2012 en échange de l'attribution des licences de téléphonie mobile 4G (2,6 milliards) a aussi contribué à cet écart.

Dépenses en hausse

Sans prendre en compte les deux dépenses européennes exceptionnelles, les dépenses atteignent 163,9 milliards d'euros au 31 mai. «Les dépenses de personnel hors pensions restent globalement stables par rapport à 2012», assure toutefois le ministère du Budget. En prenant tout en compte, les dépenses de l'Etat (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 169,4 milliards contre 159,5 milliards un an plus tôt.

Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) ont, elles, globalement augmenté par rapport à mai 2012 (117,6 milliards contre 111,2 milliards). Il en va de même, globalement, pour les seules recettes fiscales, en hausse de 6,4% à périmètre constant et de 6,7% à périmètre courant. A noter que l'impôt sur les sociétés a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kejocol le mardi 9 juil 2013 à 17:53

    MOSCO n'a pas atteint ses objectifs, alors il faut le virer. le deficit est de +3 milliards mais les depenses sont a +10. nos impots sont donc utilises pour les depenses de l'etat. incompetence flagrante.

  • m1234592 le mardi 9 juil 2013 à 12:59

    @breizll c'est simple : bidochon augmente les impôts mais il augmente encore plus les dépenses de l'état : refus de réduire le nombre de postes de fonctionnaires (objectif chômage), création de postes de fonctionnaires, création d'emplois "aidés" (= payés par) à la charge de l'état et des collectivités locales et bidochon s'impatiente : qu'attendent donc les régions pour embaucher des effectifs pléthoriques ? (j'ai un objectif moi) Aah c'est déjà pléthorique ... crotte alors!

  • rada12 le mardi 9 juil 2013 à 12:56

    les ministres et deputes europeens ils touchent leur salaire sans rien faire faut se serrer la ceinture vont ils dire

  • ddenis14 le mardi 9 juil 2013 à 12:34

    Clair comme du jus de chique!En cause les dotations pour l'Europe ... mais plus loin: "ces deux dépenses n'alourdissent pas le déficit de la France au sens europeen...Déficit sur un an fin mai 2012:69,6 Mds, fin décembre 2012: 87,2 Mds !! et fin mai 2013: 72,6 . Ca fait du yoyo. Tout ça n'est pas très clair.

  • Breizhll le mardi 9 juil 2013 à 12:32

    Ils ont augmenté les recettes de l'état avec les impots en tout genre, c'est écrit, et en plus ils trouvent le moyen d'agraver le déficit, c'est fort quand même.

  • obaegert le mardi 9 juil 2013 à 12:31

    Toutes cet taxe et on continue a plongée mon dieu est pitié de nous

  • techluxo le mardi 9 juil 2013 à 12:30

    ah ah il critiqué sarko ptdrr le françois 1er

  • Breizhll le mardi 9 juil 2013 à 12:29

    Et voila, c'est ça les énarques et autre prof. d'allemand, ça sait pas faire, ça ne demande rien aux sachant, ça croit pouvoir réinventer le fil à couper le beurre et voila le résultat, mais vous verrez ça n'est pas de leur fautes, c'est la crise et sarko les responsable, et dire qu'on va avoir ça encore 4 ans...

  • d.jousse le mardi 9 juil 2013 à 12:25

    maintenant on fait les vrais comptes. ils ne peuvent plus dire que c'est la faute de l'autre. Pourtant, nous on a payé. A quand les vrais économies? sinon, nous serons le Portugal de demain. aie.