Déficit : ce que peut faire Bruxelles si le dérapage est avéré?

le
0
La fragilité de la reprise, le poids de la France dans l'euro et la crainte d'une poussée de l'extrême droite antieuropéenne si Bruxelles avait la main trop lourde incitent le commissaire Rehn à éviter une confrontation directe avec ­Paris.

La France est à la traîne du redressement budgétaire parmi les grands pays de la zone euro. Nouveauté, la Commission dispose ­cette année d'un pouvoir inédit: celui de demander à chacun des dix-sept États membres de revoir leur projet de budget s'il ne convient pas, et ce avant le vote au Parlement. Bruxelles va-t-il réclamer une nouvelle copie à Bercy, le 15 novembre prochain?

Ce serait «l'équivalent de la bombe atomique», jure-t-on des deux côtés, et personne ne sou­haite en arriver là. La nouvelle force de frappe européenne vient compléter un arsenal qui incluait déjà des pénalités financières (allant de 0,2 % à 0,5 % du PIB) si le Parlement, par son vote, passait outre aux de­mandes de la Commission.

Aucune ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant