Déficit budgétaire de l'État français en baisse à 28 milliards

le
2
BAISSE DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ÉTAT FRANÇAIS
BAISSE DU DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ÉTAT FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français s'est contracté à 28,0 milliards d'euros en mars contre 31,0 milliards pour le même mois de 2013, selon les données publiées vendredi par le ministère du Budget.

Au 31 mars, les dépenses (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 88,7 milliards d'euros contre 90,2 milliards un an plus tôt, soit une baisse de 1,7%. Le ministère rappelle que ce montant inclut 1,5 milliard d'euros de décaissement au titre du nouveau programme "d'investissement d'avenir".

Les dépenses hors dépenses exceptionnelles (investissements d'avenir et versement de 1,6 milliard d'euros en 2013 à la Banque européenne d'investissement) sont en retrait de 1,4 milliard d'euros.

Les recettes s'élèvent dans le même temps à 73,7 milliards contre 69,6 milliards en mars 2013, en hausse de 5,9%.

Les seules recettes fiscales nettes augmentent de 6,1%, soit 4,1 milliards, à 72,1 milliards, grâce à un bond de 20,3% des rentrées d'impôt sur le revenu, l'impôt sur les sociétés progressant de 2,7%. Les recettes de TVA, dont les taux ont augmenté au 1er janvier, progressent de 2,3%, à 34,4 milliards.

Le ministère du Budget souligne dans son communiqué que l'évolution positive des recettes "reste cependant encore peu significative en ce tout début de gestion", alors que celle des dépenses est conforme, selon lui, aux prévisions de la loi de finances.

Celle-ci prévoit un déficit de 82,6 milliards d'euros, y compris 11 milliards au titre des investissements d'avenir, contre 74,9 milliards en 2013.

(Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 22441350 le vendredi 9 mai 2014 à 14:29

    Un peu moins en effet, au prix de 20% d'augmentation de l'impôt sur le revenu. On va voir si les classes moyennes vont compenser en piochant dans leur épargne (malgré des perspectives de pensions de retraites en baisse) , qui sert de garantie à la dette française ; sinon voyons l'effet sur la consommation et l'investissement (formation brute de capital fixe) : le multiplicateur keynésien est depuis longtemps inférieur à 1 (1 euro de dette génère moins d'1 euro de PIB) ; il va encore baisser

  • boudh1 le vendredi 9 mai 2014 à 11:28

    En comptabilité nationale, la notion de déficit budgétaire s'utilise lorsque le budget de l'État est en déficit : les recettes de l’État (hors emprunt) sont inférieures à ses dépenses (hors remboursement d'emprunt) d'où un solde budgétaire négatif......En clair, la dette augmente de plus en plus.....mais c'est super car un peu moins que l'an passé au même moment....RIRES !!

Partenaires Taux