Déficit budgétaire de l'Etat en hausse à fin mai

le
10
DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ETAT EN HAUSSE À FIN MAI
DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ETAT EN HAUSSE À FIN MAI

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français à fin mai s'est creusé à 72,6 milliards d'euros contre 69,6 milliards un an plus tôt à la même période, selon les données publiées mardi par le ministère du Budget.

Dans un communiqué, le ministère du Budget souligne que cet écart tient à des éléments non récurrents : la perception, début 2012, de 2,6 milliards d'euros de recettes liées à l'attribution des licences de téléphonie mobile "4G", la contribution de la France à une augmentation de capital de la Banque européenne d'investissement pour 1,6 milliard d'euros et une dotation de 3,3 milliards au Mécanisme européen de stabilité.

Mais il s'explique aussi par la faiblesse des rentrées fiscales, en retrait par rapport aux attentes même si l'écart important constaté à fin avril s'est nettement réduit.

Alors qu'elles étaient quasi stables sur les quatre premiers mois de l'année, les recettes du budget général affichent à fin mai une hausse de 5,8% à 117,6 milliards d'euros.

L'évolution des rentrées de TVA, la principale recette de l'Etat, est redevenue positive, enregistrant une progression de 1,5% sur cinq mois à 56,4 milliards.

Les rentrées d'impôt sur le revenu ont progressé d'un an sur l'autre de 14,6% et celles de l'impôt sur les sociétés de 32,3% mais celles de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques ont reculé de 2,9%.

Dans le même temps, les dépenses ont progressé de 6,2%, à 169,4 milliards d'euros. Les dépenses de personnel de l'Etat augmentent d'un an sur l'autre de 2,4% à périmètre constant et celles d'investissement de 5,6%.

Le gouvernement prévoyait de ramener les déficits publics, dont le solde budgétaire est la principale composante, à 3% du PIB en fin d'année, un objectif auquel il a renoncé avec le feu vert de la Commission européenne en raison de la faiblesse de la croissance début 2013.

Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d'euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. Le gouvernement a d'abord revu sa prévision de déficit public à 3,7% du PIB cette année sur la base d'une croissance limitée à 0,1%.

Mais il a reconnu début juillet que ces hypothèses étaient encore trop optimistes en jugeant "raisonnable" l'estimation de la Cour des comptes d'un déficit public autour de 4% fin 2013.

Yann Le Guernigou

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M898758 le mardi 9 juil 2013 à 13:35

    Entièrement d'accord avec vous sachaaa.Par contre, M9095115, il faut vérifier les informations avant d'écrire des erreurs :Croissance partout en zone euro sauf en France, c'est inexact, Italie, Espagne, Portugal, Grèce sont aussi en récessionMajorité au conseil constitutionnel : la droite (7 sur 12)

  • M9095115 le mardi 9 juil 2013 à 12:51

    Le conseil constitutionnel devrait aussi punir ce gouvernement d'incapables pour non respect des déficits.Mais devinez qui a la majorité au conseil constitutionnel.Le PS

  • M9095115 le mardi 9 juil 2013 à 12:48

    @ sachaaa.Tout à fait d'accord ce gouvernement appauvrit la France déjà en faisant la chasse aux riches,aux cerveaux entrepreneurs,aux investisseurs et financiers.Tous ces riches qui quittent la France n'y paieront plus d'impots.Ce gouvernement détruit les emplois productifs et dans le même temps crée des postes de fonctionnaires et des emplois aidés ( fictifs et couteux ).Tout est à réformer en France comme l'Allemagne l'a fait ou comme les Anglais.Croissance partout en zone euro sauf en France

  • sachaaa le mardi 9 juil 2013 à 12:11

    j'aime tellement mon pays que je suis malheureuse de voir ce qui s'y passe ,de voir l'avenir de nos jeunes,et le sourire moqueur des étrangers qui nous regardent.

  • sachaaa le mardi 9 juil 2013 à 12:08

    c'est à nous le corps électoral de réagir et d'exiger des réformes véritables :suppression de 3 élus sur4,non remplacement des fonctionnaires à la retraite,réformes des retraites :tous à 62 ans sans régime spéciaux,diminution de 5% /an du buget de chaque ministère et élection de gens sérieux par opposition à ceux d'aujourd'hui...

  • sachaaa le mardi 9 juil 2013 à 12:04

    la classe politique de tous bords ,y compris le fn ne pourra jamais arréter l'appauvrissement du pays sans une véritable politique d'économies sérieuse et drastique...

  • sachaaa le mardi 9 juil 2013 à 12:01

    quelle honte!!!aucune économie,aucun controle des dépenses,rien:le ps continue de dépenser l'argent des impots pour satisfaire son électorat ...c vraiment une bande d'incapables

  • boudet le mardi 9 juil 2013 à 10:20

    "les dépenses ont progressé de 6,2% ..." : quelle honte en période (théorique) de baisse du déficit. Beaucoup de paroles, mais aucune action de réduction des dépenses. Même pire, elles augmentent bien plus que l'inflation.

  • M1158399 le mardi 9 juil 2013 à 09:52

    Existe-t-il un Cabinet privé spécialisé dans le contrôle budgétaire pour rendre crédibles toutes les annonces hélas démenties par les chiffres ?

  • marshaka le mardi 9 juil 2013 à 09:30

    Les impôts augmentent, les dépenses de l'état augmentent et le peuple se serre la ceinture !

Partenaires Taux