Déficit budgétaire de l'Etat en baisse à fin juillet

le
39
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ÉTAT EN BAISSE
LE DÉFICIT BUDGÉTAIRE DE L'ÉTAT EN BAISSE

PARIS (Reuters) - Le déficit du budget de l'Etat français à fin juillet s'est contracté à 80,8 milliards d'euros contre 85,5 milliards un an plus tôt à la même période, selon les données publiées vendredi par le ministère du Budget.

Hors éléments non récurrents, qui ont pesé pour 7,5 milliards d'euros, il serait en amélioration de 12 milliards d'euros d'un an sur l'autre.

C'est la première fois depuis le début de l'année que le déficit budgétaire affiche une baisse, grâce à une progression des rentrées fiscales sur sept mois (+9,6%) nettement supérieure à celle des dépenses du budget général (+3,5% à périmètre constant).

Les recettes globales ont progressé de 8,7% à 176,4 milliards d'euros, face à des dépenses de 235,5 milliards.

Comme depuis le début de l'année, la hausse des recettes fiscales est tirée par les rentrées d'impôt sur le revenu (+23,8%) et d'impôt sur les sociétés (+18,7%) en raison de l'augmentation de la fiscalité. Mais le niveau des recettes de TVA (+0,3% à 78,4 milliards) est toujours aussi faible du fait de la conjoncture.

Le gouvernement prévoyait dans son budget initial pour 2013 de ramener les déficits publics, dont le solde budgétaire est la principale composante, à 3% du PIB en fin d'année, un objectif auquel il a renoncé avec le feu vert de la Commission européenne en raison de la faiblesse de la croissance début 2013.

Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d'euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. Le gouvernement a d'abord revu sa prévision de déficit public à 3,7% du PIB cette année sur la base d'une croissance limitée à 0,1%.

Et il a reconnu début juillet que ces hypothèses étaient encore trop optimistes en jugeant "raisonnable" l'estimation de la Cour des comptes d'un déficit public autour de 4% fin 2013.

Les éléments non récurrents qui faussent en partie la comparaison avec 2012 sont la perception, au début de l'an passé, de 2,6 milliards d'euros de recettes liées à l'attribution des licences de téléphonie mobile "4G" et, pour cette année, la contribution de la France à une augmentation de capital de la Banque européenne d'investissement pour 1,6 milliard d'euros ainsi qu'une dotation de 3,3 milliards au Mécanisme européen de stabilité.

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:25

    Suite : ainsi que l'utilisation de ce dernier dans des investissements. Traduction : 65% des stés seront redressées et seront dans la mouise puisqu'elles auront déjà utilisé cet argent.

  • mmegemon le vendredi 6 sept 2013 à 11:23

    on devrait voter proportionnellement au montant de son impot .Je pense que cela changerait la donne et il me semble que le mot deficit serait INTERDIT car politiquement incorrect.i have a dream

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:23

    En bref CICE + BCI = Usine à gaz + Bombe à retardement.Car le fisc vérifiera le calcul du CICE des stés ainsi que l'utilis

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:22

    L'autre principe du CICE consiste à "utiliser" le montant (en avance)afin de demander 1 prêt à la BCI pour les entreprises en difficulté ou non qui ne peuvent prendre de prêt (refus) auprés d'1 établissement financier quelconque (uniquement à la condition que le prêt soit utilisé pour réaliser des investissements).MDR

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:20

    Le "crédit d'impot " du au CICE ne pourra etre déduit qu'à compter de Décembre 2014 lors du paiement du solde annuel de l'IS et uniquement pour les entreprises qui doivent effectivement payer l'impot. Les sociétés déficitaires ne pourront rien déduire si leur IS est déjà à o.

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:16

    Nos entrepreneurs et instances syndicales patronales ont déjà du mal à en comprendre le fonctionnement alors Mr et Mme "tout le monde" .......

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:15

    Au sujet du CICE les politicards aidés des journaleux du dimanche ont bien enfumés la population.

  • nebraska le vendredi 6 sept 2013 à 11:14

    gnapi pas besoin de budgéter le CICE sur 2013 car il n'entrera en "fonction" qu'à compter du 1er janvier 2014, et de plus il ne s'agit pas pour l'état de verser de l'argent aux sociétés mais tout simplement de déduire la valeur du CICE de l'impot société.

  • gnapi le vendredi 6 sept 2013 à 11:02

    Et ne sont pas budgeté le CICE, le plan pauvreté (en tout 8,5 millards), le crédit d'impôts compétitivité ... ou alors budegté sur des anticipation de recettes (hausse TVA en janv. 2014) qui servent déjà financer d'autres choses soit disant.

  • gnapi le vendredi 6 sept 2013 à 11:01

    Quand à peine à la moitié de l'année il manque + de 80 millards, ce ne sont pas des mesurettes à 1-2 millards d'économie et une pression fiscale à +20 millards (déjà passée) qui vont empêcher la situation de s'empirer.

Partenaires Taux