Déficit 2013 : Moscovici réfute les chiffres pessimistes de l'opposition

le
6
Déficit 2013 : Moscovici réfute les chiffres pessimistes de l'opposition
Déficit 2013 : Moscovici réfute les chiffres pessimistes de l'opposition

L'opposition en est sûre, les chiffres seront plus mauvais que prévus. Les députés UMP et UDI estiment que le déficit de l'Etat devrait dépasser les 80 milliards d'euros en 2013, au lieu des 61,6 prévus. C'est le contenu d'un rapport que les élus de droite et du centre dévoilent ce mardi, et dont lefigaro.fr s'est déjà fait l'écho.

Leur calcul est le suivant : les recettes seront inférieures de 15 milliards par rapport à celles escomptées par le gouvernement, et les dépenses seront, elles, 5 milliards plus élevées qu'attendues. L'addition finale comporterait donc 20 milliards d'euros de plus que ce qui avait été budgété à la fin de l'année 2012, d'où le décalage entre les 61,6 milliards de la majorité et les plus de 80 milliards de l'opposition. Fin avril, le gouvernement a toutefois envoyé aux autorités européennes le chiffre corrigé de 68 milliards de déficit attendu. Celles-çi ont, dans la foulée, donné deux ans à la France pour améliorer sa situation budgétaire.

La droite craint une TVA fragile

L'opposition explique notamment ces chiffres par des recettes de TVA «particulièrement fragiles» et par le fait qu'elle estime que les recettes liées à impôt sur le revenu ne pourront pas progresser de 20%. En outre, l'arrêt du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite ainsi que la stabilisation des effectifs de la fonction publique contribuerait au creusement du déficit.

La réponse ne s'est pas fait attendre. Ce mardi matin, le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici, a accusé les députés de l'opposition de mentir. «Là où il y un énorme mensonge de la part de la droite, c'est sur le fait que, contrairement à eux, nous tenons les dépenses», a-t-il expliqué sur RTL. Qualifiant les députés de droite de «singulièrement gonflés», il a assuré : «Nous faisons notre travail de redresser les comptes publics qu'ils ont dégradés». «Ils ont été des gestionnaires ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • peggy111 le mardi 25 juin 2013 à 12:29

    pour dgui2 je vous signal que les petits ouvriers n on rien eu sur les dettes a moins que vous en avez eu ca m etonne pas vue votre resonnement

  • dgui2 le mardi 25 juin 2013 à 12:16

    Et cette question sera réglée en 2017, une bonne fois pour toutes. Du moins, on l'espère....

  • dgui2 le mardi 25 juin 2013 à 12:15

    "Ceux qui la ramènent" ont fait 500 milliards de dettes supplémentaires en 5 ans. Là-dessus, ils ont été SANCTIONNES. Tandis que "ceux qui donnent des leçons" aujourd'hui viennent déja de faire 100 milliards de dette supplémentaire en un an. Et tout le monde SAIT que le déficit va passer de 3,7% en 2012 à 3,9% en 2013. Alors, vous êtes autorisé à vous taire peggy111 !!!

  • bordo le mardi 25 juin 2013 à 11:58

    Et qui va croire ce thuriféraire de Dominique Strauss Kahn, qui n'a meme pas eu le cran de démissionner lorsque l'un de ses collaborateurs a été pris la main dans le sac (Vuitton)? Mosco, c'est le mauvais choix.

  • peggy111 le mardi 25 juin 2013 à 10:57

    ceux qui la ramene la il aurait dut y penser pendant les 10 dernieres annees car il on fait 900milliards d euros en plus de dette avant de donner des lecons 30 ans d augmentation de la dette pour faire des niches fiscales qui allait qu au riche qui payais pleins d impots ne voter plus du tout c est tous les memes

  • 66michel le mardi 25 juin 2013 à 10:21

    comme qui dirait certaines vérités ne sont pas toujours bonne à dire. Face à l'évidence on accuse l'autre de ses propres maux!