Défiantes, les TPE jugent que la fiscalité bloque l'emploi

le
1
LA COTE DE CONFIANCE DU GOUVERNEMENT RESTE AU PLUS BAS CHEZ LES PATRONS DE TPE
LA COTE DE CONFIANCE DU GOUVERNEMENT RESTE AU PLUS BAS CHEZ LES PATRONS DE TPE

PARIS (Reuters) - Les patrons de très petites entreprises françaises ne sont que 13% à faire confiance au gouvernement et seuls 10% pensent qu'il prend en considération leurs préoccupations, selon l'enquête trimestrielle de l'Ifop pour Fiducial publiée jeudi.

Cette cote de confiance ne recule pas par rapport au trimestre précédent mais reste à son plus bas niveau depuis la création du baromètre, en 2002. Depuis l'élection de François Hollande, la proportion de ceux qui pensent que l'exécutif prend en compte leurs préoccupations a baissé de 12 points.

Selon l'enquête, la hausse de la fiscalité a pour conséquence que 72% des dirigeants renoncent à investir et 46% à embaucher.

"Trop de dépenses, trop de déficits, trop de dettes, trop d'impôts... voilà les reproches qui fondent l'impopularité record du gouvernement Ayrault auprès des chefs d'entreprise", déclare le directeur des techniques professionnelles de Fiducial, Jean-Marc Jaumouillé, dans un communiqué.

"Tant que l'exécutif restera sur cette ligne, la reprise de l'activité sera impossible. Les prélèvements obligatoires obèrent dangereusement l'investissement et l'emploi", ajoute-t-il.

Les hausses de TVA au 1er janvier prochain constituent la mesure la plus problématique, 81% des patrons interrogés anticipant des conséquences négatives du passage du taux normal à 20% et du taux intermédiaire à 10%.

Le gouvernement explique pour sa part ces hausses de la TVA financeront le crédit d'impôt compétitivité emploi, qui doit permettre une baisse du coût du travail au bénéfice des entreprises.

Neuf personnes interrogées sur dix jugent inadaptées au contexte économique actuel les mesures fiscales à destination des TPE (91%), des particuliers (90%), et des PME (87%). Les deux tiers des personnes interrogées sont critiques envers la fiscalité des grandes entreprises (66%).

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • qsdfdsq le jeudi 14 nov 2013 à 14:35

    faut dire que les coups de matraque font mal