Défi : la Manche en sous-marin à pédales

le , mis à jour à 11:03
0
Défi : la Manche en sous-marin à pédales
Défi : la Manche en sous-marin à pédales

Pour changer, eux ne vont pas nager, ni ramer, ni voler pour traverser la Manche mais... pédaler sous l'eau. Deux ingénieurs-baroudeurs, Michael de Lagarde, 35 ans, et Antoine Delafargue, 34 ans, anciens copains de promo à Polytechnique, s'élanceront le 5 août à la conquête de cette mer à bord d'un mini-sous-marin à propulsion humaine. Entre Plymouth (Angleterre) et Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), soit une distance de 250 km, le duo pédalera durant une semaine à raison de dix-huit heures d'efforts par jour. Tout ça à la vitesse d'un randonneur sacrément épuisé, autour de 4 km/h en moyenne ! S'il parvient à braver les courants forts et rejoindre les côtes hexagonales, ce sera une première dans l'histoire déjà riche d'exploits des passages du Channel.

 

«Nerveusement, il faudra tenir le coup»

 

Fers de lance du projet baptisé Poisson Pilote, ces fonceurs qui ont la tête et les jambes flirteront avec le fond de la Manche en autonomie complète sans remonter à la surface, jusqu'à l'arrivée. « Au plus profond, on sera à 100 m. Mais la plupart du temps, on avancera au-dessus de 80 m », précise Michael de Lagarde, patron de l'entreprise Delair-Tech, un des leadeurs mondiaux du drone professionnel et sponsor principal de cette aventure. Son camarade d'épopée qui, comme lui, a été commando dans la marine nationale pendant son service militaire, dirige un service en pétrophysique au sein d'une multinationale. Grâce à un système de recyclage d'air captant notamment le CO2 émis par la respiration et quatre bouteilles d'oxygène, les sous-mariniers ne manqueront pas de souffle. Ce qu'il leur manquera, en revanche, c'est de l'espace dans leur coque en acier de moins de 2 m3. Un cylindre de 80 cm de diamètre pour 2,5 m de longueur. « Nerveusement, il faudra tenir le coup », concède Michael. En mode pilotage, l'une des deux têtes devra s'encastrer dans le hublot ! Heureusement, nos forçats des abysses ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant