Défenseur des droits : Toubon sème la zizanie

le
0
Défenseur des droits : Toubon sème la zizanie
Défenseur des droits : Toubon sème la zizanie

François Hollande est furieux ! Pas question de reculer d'un pouce sur sa décision de nommer Jacques Toubon, un homme de droite au CV contesté, au poste prestigieux de Défenseur des droits. « Le président n'a aucunement l'intention de revenir sur son choix », s'agace l'Elysée. L'affaire fait pourtant de sacrées vagues dans la majorité et au sein même du gouvernement, symptôme du malaise grandissant entre le chef de l'Etat et les élus socialistes.

Sous couvert de off, un ministre tord le nez : « Toubon, c'est tout mauvais ! Et ce n'est pas le génie des Carpates. » Un autre ministre, qui critiquait cette décision, s'est entendu répondre par Hollande : « Il n'y avait personne d'autre... » De fait, Toubon n'était pas son premier choix. Le président s'est en effet personnellement entretenu avec Jean-Louis Borloo pour lui offrir la place. Le centriste, retiré de la vie politique pour raisons de santé, a décliné. Même échec auprès de Bertrand Delanoë. Va donc pour Toubon.

Car Hollande n'avait pas imaginé un instant que le passé du chiraquien provoquerait une telle bronca. En 1982, il avait voté contre la dépénalisation de l'homosexualité. Autre reproche, en 1996, quand il était ministre de la Justice, il avait envoyé un hélicoptère dans l'Himalaya récupérer le procureur Laurent Davenas pour sauver le couple Tiberi d'une mauvaise passe judiciaire.

89 000 signatures d'une pétition contre sa nomination

Hier soir, la pétition lancée contre sa nomination dépassait les 89 000 signatures, dont celle de... Cécile Duflot. « On sera bientôt à 100 000 ! » exulte Mehdi Ouraoui, l'un de ses initiateurs, qui avait été exfiltré de son poste de bras droit de Harlem Désir au PS pour avoir attisé la grogne dans l'affaire Leonarda.

Et les ennuis ne sont pas finis pour l'Elysée. Car ce choix doit être entériné par un vote à bulletins secrets du Parlement. Toubon sera d'abord auditionné le 2 juillet à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant