Défenseur des droits : la possible nomination de Toubon fait bondir à gauche

le
1
Défenseur des droits : la possible nomination de Toubon fait bondir à gauche
Défenseur des droits : la possible nomination de Toubon fait bondir à gauche

La probable nomination de Jacques Toubon au poste de Défenseur des droits fait bondir à gauche. Mercredi, François Hollande a fait savoir qu'il envisageait de proposer l'ancien garde des Sceaux de Jacques Chirac pour succéder à Dominique Baudis décédé en avril. Il faut désormais que cette nomination soit validée par les commissions compétentes de l'Assemblée et du Sénat à une majorité des trois cinquièmes. Mais déjà plusieurs députés PS et le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) appellent les parlementaires concernés à rejeter cette proposition en raison des positions de l'ancien garde des Sceaux lors du vote pour l'abolition de la peine du mort et celui sur la dépénalisation de l'homosexualité. 

Le Défenseur des droits a été instauré par la réforme constitutionnelle de 2008. Il remplace le Médiateur de la République, la Défenseur des enfants, la Haute autorité de lutte contre les discriminations et la Commission nationale de déontologie de la sécurité. Nommé pour six ans renouvelable, il reçoit environ 100 000 sollicitations chaque année.

Jacques Toubon a déclaré jeudi que s'il était nommé ce serait «une sorte de consécration de ce que j'ai fait pendant quarante ans à travers toutes mes fonctions et les mandats que j'ai pu occuper, aux plans local et national, qui m'ont amené en permanence à me battre sur les valeurs, en tant que gaulliste». L'ancien ministre se défend, tant qu'il n'est pas «officiellement» nommé, de réagir face au malaise à gauche.

Le MJS «surpris et inquiet»

Les jeunes socialistes du MJS et deux députés PS porte-parole du collectif la Gauche Forte, Yann Galut et Alexis Bachelay, reprochent notamment à l'ancien maire de Paris d'avoir voté «contre l'abolition de la peine de mort» en 1981. A l'époque, Jacques Toubon, alors député RPR, avait en fait voté contre l'ensemble du projet de loi, comprenant plusieurs dispositions, mais voté pour son article 1er ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le jeudi 12 juin 2014 à 18:48

    La droite a proposé jusqu'à des ministères à des gens de gauche, tandis que la gauche est d'un sectarisme maladif et prône le repli sur soi et la haine de l'Autre.