Défense : Paris fait le grand écart entre Londres et Berlin

le
0
La plupart des projets qui visaient à instaurer des synergies entre les défenses des deux puissances nucléaires européennes n'ont guère avancé depuis la signature de l'accord de Lancaster.

L'accord historique signé il y a un an à Lancaster House entre Londres et Paris, qui vise à instaurer des synergies entre les défenses des deux puissances nucléaires et militaires européennes, fera-t-il les frais du rapprochement franco-allemand sur l'économie ? Prévu vendredi, le sommet anniversaire qui devait tirer le bilan de cette nouvelle coopération a été reporté au début de l'année prochaine. Face à la crise qui secoue la zone euro, l'Élysée a estimé qu'il n'était plus une «priorité». Paris voulait apparemment éviter une superposition des tiraillements franco-britanniques et des difficultés avec l'Allemagne sur l'euro. «Il aurait été difficile de bousculer à la fois l'Allemagne sur les questions économiques et la Grande-Bretagne sur les questions de défense », commente un spécialiste proche du dossier. Surtout après les propos du premier ministre David Cameron, qui a jugé «dangereux» que les pays de la zone euro prennent des décisio

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant