Défense : la doctrine militaire du Kremlin qualifie l'Otan de menace n°1

le
0
Défense : la doctrine militaire du Kremlin qualifie l'Otan de menace n°1
Défense : la doctrine militaire du Kremlin qualifie l'Otan de menace n°1

La Russie de Vladimir Poutine ne change pas d'avis sur l'Otan. Selon le Kremlin, qui a publié vendredi la nouvelle version de la doctrine militaire russe, l'Organisation occidentale reste une menace fondamentale pour la sécurité nationale, comme c'était le cas dans la précédente version, datant de 2010. 

La doctrine s'inquiète ainsi du «renforcement des capacités offensives de l'Otan directement aux frontières russes, et des mesures prises pour déployer un système global de défense antimissile» en Europe orientale et notamment en Ukraine. Kiev a d'ailleurs fait un pas vers l'Otan mercredi en abandonnant son statut de pays non aligné.

Un geste symbolique qui a provoqué la colère de Moscou et qui peut permettre à terme à Kiev de demander son adhésion à l'Organisation du traité de l'atlantique nord. En outre, Moscou a dénoncé à plusieurs reprises la décision de l'Alliance occidentale de positionner des troupes dans plusieurs pays membres situés aux frontières russes, tels que les pays baltes ou la Pologne, ainsi que le projet américain de bouclier antimissile en Europe orientale.

Concept de «dissuasion non-nucléaire»

Le caractère défensif de la doctrine militaire russe est toutefois conservé, mettant l'accent sur un engagement militaire de la Russie seulement à condition que toutes les solutions non-violentes soient épuisées. Elle note que la «probabilité d'une guerre d'envergure contre la Russie a diminué». Toutefois, la liste des menaces s'est intensifiée dans certains domaines tels que les revendications territoriales, «l'ingérence dans les affaires internes» des États et l'envoi d'armes stratégiques dans l'espace.

La nouvelle doctrine militaire russe introduit également le concept de «dissuasion non-nucléaire», qui passe par le maintien à un haut niveau de préparation des forces militaires conventionnelles et un engagement à l'égard des organisations régionales de sécurité telles que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant