Défections en série chez les élus FN

le
4
Défections en série chez les élus FN
Défections en série chez les élus FN

La municipalité de Tonneins (Lot-et-Garonne) ne compte plus un seul élu FN. Les trois conseillers municipaux du parti de Marine Le Pen ont tous jeté l'éponge début mars pour cause de « désaccord profond » avec le chef de file Front national du département. A Marmande, Agen, ou encore Villeneuve-sur-Lot, pas moins de onze frontistes avaient déjà fait de même. Et le Lot-et-Garonne n'est pas une exception. En Auvergne, en région parisienne, dans le Var... partout en France, des conseillers municipaux ou départementaux, élus avec la vague Bleu Marine en 2014 et 2015, prennent du champ. Les détracteurs du parti d'extrême droite estiment que ces défections touchent « 15 % » des 1 600 élus du FN dans l'Hexagone, soit près de 240 personnes ! Le dernier pointage réalisé par la direction du Front national fait, lui, état d'« une petite centaine » qui aurait claqué la porte en l'espace de deux ans.

« C'est la vie normale d'un parti politique. Dans le même temps, nous avons aussi attiré des élus d'autres formations. Un conseiller UMP de Limoges par exemple vient de nous rejoindre », tempère Nicolas Bay, le secrétaire général du FN. Rien d'alarmant donc à en croire les cadres frontistes. « Diverses raisons expliquent ces départs. Certains ont déménagé, d'autres espéraient des responsabilités qu'ils n'ont pas eues, ou rêvaient d'obtenir une place éligible pour les régionales, il y a aussi parfois des désaccords entre les personnes, détaille Nicolas Bay. Et puis nous avons aussi dû exclure certaines personnes qui ne faisaient pas l'affaire. Sur 1 600 élus, c'est inévitable, certains se révèlent malheureusement inadaptés à leurs fonctions. »

Depuis 2014, le FN a effectivement changé de dimension. Jusqu'à cette date, le parti d'extrême droite n'alignait qu'une petite soixantaine d'élus locaux sur tout le territoire. « Pour les municipales, ils ont dû trouver des candidats pour constituer des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 8 mois

    Non g.joly1 ! Sans vouloir embellir les choses, le FN est d'abord un parti de militants. Beaucoup y restent des décennies et n'ont jamais rien demandé quoi que ce soit en échange de leurs sacrifices.

  • M1903733 il y a 8 mois

    Ha le dénigrement ça y va. De toute façon avec trois élus dans une commune ils n'ont pas la majorité alors ça ne sert à rien d'être là.

  • M2766070 il y a 8 mois

    Tiens c est comme si on me disait que pour la prochaine présidentielle à drte ils serait... ouf au moins.. pour le (presque) meme truc, et à goch... heu là il en reste encore?

  • M2766070 il y a 8 mois

    Ha ces grands partis, je me souviens d Annemasse après 81 , le P$ voulait virer le Maire Borrel , lui aussi PS (mais 1 vrai) donc il est resté en liceet.. il fut élu avec ses concitoyens habitants les lieux.. Normal quoi , etle parchuté de l Elysée reparti la ... q2 entre les jamb